Guerre de mots à Gatineau sur la question du logement


(Archives)

La guerre entre la mairesse France Bélisle et Action Gatineau s'est envenimée mardi soir au conseil municipal sur la question du logement.

Un projet immobilier sur la rue Champlain dans le secteur Hull a été rejeté par les membres d'Action Gatineau, ainsi que par deux conseillers indépendants, Steven Boivin et Edmond Leclerc.

La mairesse Bélisle n'en décolérait toujours pas mercredi matin à la suite de ce vote controversé.

«À un moment donné, il y a des limites à du refus systématique, puis qu'on arrête de me dire que c'est un parti de propositions, c'est un parti d'oppositions. S'ils veulent jouer en équipe, être constructifs et ne pas parler des deux bords de la bouche parce qu'ils veulent du logement et que c'est important, bien qu'ils se comportent de la sorte.»

Le chef intérimaire d'Action Gatineau, Steve Moran, a précisé que ledit projet comptait plusieurs dérogations et qu'il avait du coup reçu une recommandation défavorable du Comité d'urbanisme.

«Ce n'est pas en approuvant comme un "rubber stamp" tous les projets qui sont devant le conseil municipal... C'est ça le rôle et la responsabilité des élus, soit de regarder avec un œil critique tous les projets. On vote, on s'exprime, c'est notre job et je la prends très au sérieux.»

Peu importe la réponse, ce n'était rien pour calmer France Bélisle.

«J'imagine que je vais prendre le temps aussi de réfléchir avec les membres de l'exécutif pour voir comment on va essayer de faire avancer cette ville-là et loger des gens dans notre ville au cours des trois prochaines années, parce que c'est mal parti.»