La gouverneure générale Julie Payette démissionne

Julie Payette

La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, démissionne.

Son départ survient à la suite d'un rapport dévastateur sur le climat de travail toxique au sein de son bureau. Des employés, anciens et actuels, allèguaient avoir fait l'objet de harcèlement et de violence verbale.

Dans une déclaration faite en fin d'après-midi, la représentante de la reine confirme son départ et affirme en être arrivée à la conclusion qu’un nouveau gouverneur général devait être nommé. La représentante de la reine dit être désolée pour les tensions qui sont apparues à Rideau Hall au cours des derniers mois. Elle indique prendre les allégations très au sérieux, bien qu’aucune plainte officielle ou grief officiel n'ait été formulé au cours de ce mandat.

L'ancienne astronaute avait été nommée au poste de gouverneure générale en octobre 2017 pour un mandat qui devait durer cinq ans.

Sa secrétaire Assunta Di Lorenzo annonce également qu'elle quitte ses fonctions.

Voici la déclaration de Julie Payette:

«OTTAWA — Toute personne a droit à un environnement de travail sain et sécuritaire, à tout moment et en toutes circonstances. Il semble que cela n'ait pas toujours été le cas au Bureau du secrétaire du gouverneur général. Des tensions sont apparues à Rideau Hall au cours des derniers mois et j'en suis désolée.

Bien qu’aucune plainte officielle ou grief officiel n'a été formulé au cours de ce mandat, ce qui aurait immédiatement déclenché une enquête détaillée comme le prescrit la loi et les conventions collectives en vigueur, je prends toujours ces allégations très au sérieux. J’ai non seulement salué la tenue d’une revue du climat de travail au BSGG, mais j’ai encouragé à maintes reprises les employés de participer en grand nombre à cette revue. Nous vivons tous les choses différemment, mais nous nous devons de toujours nous efforcer de faire mieux, et d’être attentifs aux perceptions des uns et des autres.

Je crois fermement aux principes de justice naturelle, de respect des procédures et de l'État de droit, et que ces principes s'appliquent à tous également. Néanmoins, pour le bien de notre pays, pour l'intégrité de ma fonction vice-royale et de nos institutions démocratiques, je suis arrivée à la conclusion qu’un nouveau gouverneur général devrait être nommé. Les Canadiens méritent la stabilité en ces temps incertains.

D'un point de vue personnel, cette décision vient à point nommé. La santé de mon père s'est sérieusement détériorée ces dernières semaines et ma famille a besoin de mon aide.

C'est donc avec assurance et humilité, mais aussi avec fierté pour ce qui a été accompli durant mon mandat de gouverneur général et au service du pays depuis 28 ans, que j'ai présenté ma démission. J'ai informé le Premier ministre du Canada de ma décision. Je lui souhaite bonne chance dans la recherche d'une personne à recommander à Sa Majesté en tant que prochain gouverneur général du Canada et je souhaite la meilleure des chances à mon successeur. Je resterai bien-sûr à sa disposition.

Cela a été un immense privilège de servir mon pays et de remplir les devoirs constitutionnels de ma fonction au nom de tous les Canadiens. Je tiens à remercier le Premier ministre Justin Trudeau pour sa confiance et de m'avoir offert cette incroyable opportunité. Je tiens également à remercier le personnel du Bureau du secrétaire du gouverneur général pour son travail, en particulier dans les circonstances difficiles que nous avons connues ces derniers mois. Toute ma gratitude va également aux membres de la GRC qui sont prêts à mettre leur vie en danger pour assurer notre protection ; et aux membres des forces armées canadiennes qui ont toujours fait preuve d'un respect, d'une amitié et d'un soutien extraordinaires. D’avoir été leur commandant en chef ces dernières années a été un immense honneur. Je les tiens en grande estime.

Pour de nombreux Canadiens, les derniers mois ont été extrêmement difficiles. Alors que notre pays, et le monde entier, étaient confronté à la réalité d'une pandémie, nous avons tous dû faire des sacrifices et faire notre part pour limiter la propagation du virus et protéger les autres, en particulier les plus vulnérables. On ne peut pas choisir quand les difficultés surviennent, mais on peut choisir comment on y répond en temps de crise, et les Canadiens de tout le pays ont répondu à l'appel. Au premier plan, on retrouve le personnel de la santé et médicaux, les travailleurs essentiels, les militaires, les responsables de la santé publique, les dirigeants et les scientifiques, qui ont travaillé sans relâche pour apporter soins, soutien, leadership et solutions. Nous leur devons toute notre gratitude.

Je voudrais conclure en remerciant très sincèrement les Canadiens pour leur soutien au fil des ans. J'ai eu la chance de rencontrer, de présenter et de célébrer les réalisations de milliers de Canadiens extraordinaires des quatre coins du pays au cours des dernières années et je chérirai toujours ces souvenirs. Nous vivons dans un pays formidable.

Ce fut un honneur et un privilège.»

Sur Twitter, le premier ministre Justin Trudeau a accepté la démission de Julie Payette.

«L’annonce d’aujourd’hui représente une occasion de renouveler l'équipe de direction à Rideau Hall dans le but de répondre aux préoccupations concernant le milieu de travail que des employés ont soulevées pendant l’examen. Pour l’instant, le juge en chef du Canada remplira les fonctions de gouverneur général de façon intérimaire. Une recommandation concernant un remplaçant sera présentée à Sa Majesté la reine Elizabeth II et annoncée en temps voulu.»