Les évêques catholiques du Québec souhaitent la fin des abus sexuels

IMG_9032

Les évêques catholiques du Québec sont réunis en Assemblée à Trois-Rivières et ont tenu à faire le point sur la situation des abus sexuels qui touchent l'Église au Québec.

Au cours de la dernière année, ils ont réformé les politiques de tous les diocèses de la province pour éviter que de tels gestes ne surviennent à nouveau. Après avoir reçu 69 recommandations des évêques du Canada en 2018, ils ont décidé de revoir les façons d'accompagner les victimes.

Des personnes ressources sont maintenant disponibles. Les présumées victimes peuvent donc contacter par téléphone ou courriel des intervenants. Depuis l'implantation de ce service, l'Assemblée des évêques confirme que plusieurs victimes l'ont utilisé.

« Il y a une confiance à rebâtir et ça c'est long. Quand on parle d'accueil, de transparence, d'aider à dénoncer, de collaborer avec les autorités, de formation et de prévention, ce sont des choses qui aident à rebâtir », souligne le vice-président de l'Assemblée des évêques catholiques du Québec, Cardinal Gérald Cyprien Lacroix.

On souhaite aussi les inciter à dénoncer pour que les agresseurs soient punis par la justice.

« Beaucoup de victimes que j'ai écouté disent qu'ils ne feront pas de réclamations, mais ils veulent s'assurer que nous avons pris des moyens pour que ça n'arrive plus », ajoute le Cardinal Lacroix.

Les antécédents judiciaires de tout le personnel seront maintenant vérifiés, ce qui n'était pas fait auparavant. On réaffirme aussi que c'est « tolérance zéro » avec les prêtres visés par des allégations.