« Les violences systémiques, qu’on en finisse! »

violence femme - 3 dec 2020 - bell média

À trois jours du triste anniversaire de la tuerie de Polytechnique, une mobilisation contre les violences envers les femmes s'est tenue à Trois-Rivières, jeudi matin.

Elles étaient 14 femmes, tenant chacune une chandelle à la main, qui ont respecté 14 minutes de silence, devant le palais de justice. Cet hommage aux 14 victimes de la tuerie de 1989 avait aussi pour objectif de dénoncer les agissements encore vécus par de nombreuses femmes.

« On parle de toutes sortes de formes de violences. Il y a oui les violences physique et psychologique, qui se terminent souvent par un meurtre, mais il y a aussi les violences économique, sociale, la manipulation », soutient Joanne Blais, directrice de la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie.

Selon Mme Blais, il y a eu beaucoup de progrès réalisé dans les dernières années, notamment grâce au mouvement #MoiAussi, mais elle affirme qu'il y a encore du chemin à faire.

« Ça reste tabou de parler de violence conjugale et sexuelle. Encore beaucoup de personnes restent muettes ou mal à l'aise quand il y a une « joke » sexiste plate, que ce soit dans une situation personnelle ou professionnelle. Il y a encore du chemin à faire, mais on avance. On n'a pas la même tolérance qu'on avait et les hommes sont de plus en plus des alliés actifs. »

La directrice de l'organisme souhaitaient qu'une campagne de sensibilisation nationale pour le grand public soit mise sur pied, au même titre que celles créées pour la vitesse et l'alcool au volant, par exemple.

« On aimerait qu'il y ait une grande campagne de cet ordre là pour faire connaitre toutes les formes de violences que vivent les femmes et qu'on en finisse », lance Joanne Blais.