Activité nautique sur la rivière Saint-Mauricie: l'importance du partage

securite nautique - ville de TR_opt

Le temps chaud et ensoleillé que la région a connu dernièrement a incité bon nombre de plaisanciers à prendre l'eau. L'achalandage sur la rivière Saint-Maurice est d'ailleurs important depuis quelques semaines. La Ville de Trois-Rivières en profite pour lancer un appel à la vigilance.

À l’aube de la Semaine québécoise de la sécurité nautique, qui se déroulera du 16 au 22 juin, les autorités municipales rappellent aux amateurs de sports nautiques et aux plaisanciers quelques consignes pour profiter des plans d’eau en toute sécurité.

Par exemple, la courtoisie, la prudence et le respect des règles de sécurité sur l'eau font partie des gestes simples à adopter sur les plans d'eau. La Ville ajoute qu'il est recommandé de naviguer à une vitesse sécuritaire et de toujours porter une veste de flottaison individuelle.

« De l’affichage à proximité de chaque rampe de mises à l’eau, un corridor de trois kilomètres réservés aux embarcations sans moteur et l’ajout par le Club de canot-kayak Radisson de dix nouvelles bouées s’additionnant à celles déjà installées par la Ville sur la rivière Saint-Maurice, voilà diverses initiatives qui visent à favoriser une meilleure cohabitation entre les usagers ainsi qu’à préserver la quiétude des riverains », soutient la Ville de Trois-Rivières.

L'été dernier, les policiers ont effectué 29 sorties sur la rivière et entendent en faire autant sinon plus lors des trois prochains mois. Les patrouilleurs veilleront notamment au respect des règles de sécurité concernant le port de la veste de flottaison, la présence d’équipement de sécurité fonctionnelle dans l’embarcation et la navigation avec des facultés affaiblies.

« À l’été 2020, les patrouilleurs ont fait 400 vérifications d’embarcation et donné 54 constats d’infraction », fait remarquer la Ville.

 En plus de ses efforts de sensibilisation, la Ville entreprend depuis septembre dernier une démarche auprès de Transport Canada pour faire limiter la vitesse des embarcations motorisées sur une section de la rivière. La Ville poursuit ses efforts de sensibilisation et de collecte de données et organisera une consultation publique sur le sujet d’ici la fin de l’été.