CORONAVIRUS : Un 2e cas aux États-Unis et 3 cas en France

40 millions de Chinois de la Chine centrale sont isolés du reste du monde pour éviter la propagation du coronavirus.

Trois premiers cas du coronavirus ont été répertoriés en Europe, soit à Bordeaux et Paris en France.

Les trois personnes avaient séjourné en Chine. Deux d'entre elles seraient de la même famille. Elles ont été placées en isolements dans des hôpitaux.

Plutôt aujourd'hui, les autorités sanitaires américaines ont aussi confirmé la détection d'un second cas d'infection. La patiente est une femme de Chicago de retour de voyage de Wuhan, la ville chinoise où la propagation du virus aurait débuté. La dame de 60 ans a été placée en isolement en raison de symptômes s'apparentant à ceux de la grippe. La patiente est dans un état stable à l'hôpital. 

La Chine sur un pied d'alerte 

40 millions de Chinois de la Chine centrale sont actuellement isolés du reste du monde pour éviter la propagation du virus mortel. 

Selon un nouveau bilan, la maladie a fait 26 morts et infectés près de 900 personnes. 

Capture d'écran

Il est possible de suivre l'évolution du virus dans le monde grâce en consultant ce site internet : https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Déplacements limités au maximum 

Pékin a annulé les festivités du Nouvel An chinois qui doit être célébré demain et a ordonné l'interruption des transports en commun (métro, autobus, traversiers, gares et aéroports). Aussi, les grands rassemblements sont interdits, ce qui fait en sorte que les lieux touristiques sont désertés. 

Pas de cas au Québec 

Il n'y a toujours pas de cas au Québec, ni au Canada. 

Les six patients sous observation dans des hôpitaux de Montréal et Québec ont reçu des résultats négatifs. La direction de la Santé publique l'a confirmé aujourd'hui. Elle affirme surveiller la situation de très près et avertit qu'il est probable que d'autres personnes soient mises en observation éventuellement.

«On est vigilant, on ne dort pas sur la «switch» comme on dit. C'est normal qu'avec le nombre de transports qu'il y a dans le monde qui partent de la Chine qu'un moment donné, il y ait un cas qui arrive et qu'il soit détecté rapidement et qu'il n'ait pas d'impact.» -Le directeur de la Santé publique du Québec, Horacio Arruda

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'il est encore trop tôt pour déclencher l'alerte d’épidémie internationale. Pour l'instant, il n'y a pas de vaccin disponible contre ce virus baptisé nCoV-2019.

 

(Avec la collaboration de Marie-Pier Boucher, journaliste Bell Média)