Création d'un réseau québécois sur l'énergie intelligente à l'UQTR

IMG_0596

Huit universités et cinq collèges, tous du Québec, se regroupent pour former un nouveau réseau québécois sur l'énergie intelligente (RQEI). Grâce à ses compétences dans ce secteur, c'est l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) qui est chargée de piloter ce projet d'envergure provinciale.

Le Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles accorde un financement de 600 000$ sur deux ans à l'UQTR pour lancer les activités du RQEI. 

« La force de ce réseau-là, avec les défis que l'on connait au Québec et partout dans le monde, c'est de regrouper huit universités, cinq collèges et des gens de l'industrie avec chacun leur spécialité. Une fois mis en commun, ils vont permettre d'aller beaucoup plus loin dans certaines solutions énergétiques », explique le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Jonatan Julien.

Ce dernier indique aussi que le Québec gagne à conjuguer ses forces pour mettre en oeuvre des solutions novatrices et du même coup, accélérer sa transition énergétique.

Le mandat du réseau rejoint plusieurs objectifs du Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétiques du gouvernement, grâce aux trois principaux axes de recherche. Les chercheurs travailleront de pair sur les systèmes véhiculaires verts et intelligents, (par exemple les voitures électriques, les batteries et les piles à l'hydrogène), sur la gestion intelligente et l'efficacité énergétique des bâtiments et sur le domaine du stockage et de la conversion (comme les carburants alternatifs).

Le directeur du RQEI et professeur à l'UQTR, Kodjo Agbossou, explique la pertinence du nouveau réseau.

« Il est lié aux enjeux énergétiques mondiaux pour la réduction de l'empreinte écologique et des gaz à effet de serre. Cela s'illustre par des véhicules moins polluants et l'amélioration progressive de l'efficacité énergétique industrielle, institutionnelle et résidentielle. »

Bell Média