Développement de l'aéroport: les Trifluviens disent oui

développement de l'aéroport de Trois-Rivières obtient l'appui de la population

Ce dossier revient dans l'actualité depuis plusieurs années et voilà qu'il semble vouloir aller de l'avant plus que jamais. Le projet développement de l'aéroport de Trois-Rivières pourrait s'accélérer, grâce aux résultats d'études menées au cours des derniers mois.

Il faut se souvenir qu'un projet de 12 millions $ pour construire une nouvelle aérogare est sur la table. Le bâtiment actuel, construit en 1963, sera préservé puisqu'il est considéré patrimonial. La première pelletée de terre est attendue d'ici la fin de l'année 2020.

Un sondage réalisé auprès de 700 citoyens démontre qu'ils sont à 87% favorable à l'idée que Trois-Rivières ait son aéroport majeur. Lorsqu'on demande aux gens qui habitent dans un rayon de deux kilomètres de l'aéroport, le chiffre grimpe à 93%.

L'un des objectifs du développement sera de permettre à plusieurs clientèles de voyager plus facilement, que ce soit pour le travail, les études ou des recherches lorsqu'on pense à la communauté scientifique de l'UQTR. D'ailleurs, 88% des répondants sont en faveur du développement de l'aéroport s'il permet aux travailleurs de se déplacer.

Les destinations offertes sont aussi au coeur du projet. 84% des personnes sondées appuient les dessertes d'une ville comme Toronto et quatre Trifluviens sur cinq aimeraient pouvoir se rendre vers des destinations soleil.

Quel est l'impact sonore du passage de gros avions à Trois-Rivières?

Une étude menée par la firme d'ingénierie WSP a permis d'évaluer les nuisances sonores de la Ville, en passant des corneilles aux avions. 

Dans le domaine aéronautique, le taux de nuisance sonore (NEF) ne peut dépasser 25, si l'on souhaite y construire des habitations afin de préserver une qualité de vie. À Trois-Rivières, aucune résidence ne se trouve dans le rayon autour de l'aéroport qui surpasse NEF25.

Quatre capteurs ont été installés dans le secteur des Vieilles-Forges et un autre à Pointe-du-Lac, du 12 au 15 juillet dernier, pour relever les différents bruits. L'étude tient compte des trains, des voitures, des motocyclettes, des avions, des corneilles et des oiseaux. Les résultats indiquent que les avions produisent moins de bruits que la majorité des points de comparaison, notamment les corneilles.

Chez IDE Trois-Rivières, on explique que l'aéroport est suffisamment loin des quartiers résidentiels et que les décollages et atterrisages de gros avions, comme des Boeing, ne seraient pas dérangeants.