Environnement: les candidats se prononcent

valérie renaud-martin2 - oct 2021 - olivier caron

L'environnement et la lutte aux changements climatiques ont fait leur entrée dans la campagne électorale municipale, tant à Trois-Rivières qu'à Shawinigan, où des candidats à la mairie ont annoncé leurs couleurs et leurs engagements.

À Trois-Rivières, la candidate Valérie Renaud-Martin a convié les médias dans un boisé du nord de la ville afin d'y dévoiler son plan en matière d'environnement. Elle a notamment l'intention de mieux protéger les milieux naturels, comme les boisés, pour amener les citoyens à s'y promener davantage en favorisant le plein air de proximité. Elle projette d'établir un plan d'action pour augmenter de 20% le nombre de sentiers.

Mme Renaud-Martin souhaite aussi que le transport actif devienne une option plus attrayante pour la population. Elle compte élaborer une planification stratégique sur 10 ans qui déterminera les actions à poser et les budgets à accorder pour mieux développer le réseau de transport actif. Parmi les lacunes actuelles, elle a cité en exemple la piste cyclable du District 55 qui s'arrête au carrefour giratoire et ne mène nulle part, ou encore le boulevard des Chenaux au nord où, près de l'Institut secondaire Kerenna, pour lequel il n'y a aucun trottoir ni piste cyclable.

« Je suis la candidate qui croit que le développement économique et le développement durable doivent être interreliés, qu'on ne peut plus les mettre en compétition ».

La candidate à la mairie s'engage aussi à ce que tous les Trifluviens aient accès à l'eau potable, puisque certains citoyens du secteur Pointe-du-Lac ne sont toujours pas raccordés au réseau d'aqueduc. Mme Renaud-Martin promet également de travailler avec l'UQTR afin de se servir des compétences et connaissances de l’Institut de recherche sur l’hydrogène afin d'électrifier les autobus et les camions lourds de la Ville.

Shawinigan

Dans la Cité de l'Énergie, deux des candidats au poste de maire ont dévoilé leurs engagements environnementaux cette semaine.

D'abord, le maire sortant Michel Angers veut intégrer le développement durable directement dans la gouvernance de la Ville. Selon lui, l'utilisation des transports actifs et collectifs est aussi prioritaire, tout comme la réduction de la consommation d'énergie fossile. Il s'engage ainsi à électrifier toute la flotte automobile de la Ville d'ici 10 ans.

Autres engagements de Michel Angers:

  • Améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments municipaux en remplaçant par exemple les chaudières au mazout par des chaudières au gaz;
  • Développer les parcs municipaux avec la notion de développement durable;
  • Favoriser la réduction des ilots de chaleur en règlementant l’aménagement des futurs stationnements;
  • Favoriser la réduction à la source, le recyclage et la revalorisation chez les employés municipaux;
  • Décontamination des anciens sites industriels;
  • Protéger l’intégrité des deux sources d’eau potable (lac à la Pêche et lac des Piles);
  • Protéger les milieux naturels.

Pour sa part, le candidat Luc Trudel promet de travailler sur un meilleur réseau de transport en commun. Il soulève quelques lacunes dans le réseau actuel, notamment quant aux parcs industriels non desservis.

M. Trudel assure également que la gestion de l'eau potable sera au menu s'il est élu. Les problèmes de l'usine de traitement de l'eau du Lac-à-la-Pêche sont préoccupants. 

« À cause des changements climatiques, on approche du point de rupture pour notre source d’eau potable. Le lac est en très mauvais état », confie-t-il.