Incendie du centre communautaire de Pointe-de-Lac : reconstruire en bonifiant l’offre de services?

Le-pavillon-des-Seigneurs-du-secteur-Pointe-du-Lac-est-la-proie-des-flammes

François Belisle rêve déjà d’un nouveau centre multifonctionnel sur le terrain de l’ancien Pavillon des Seigneurs.

 

Pour le conseiller du district, il ne fait aucun doute que la reconstruction du centre communautaire est une nécessité. Il espère même que la Ville profitera de l’occasion pour bonifier l’offre de services dans ce secteur. Il rappelle que la population du secteur Pointe-du-Lac a triplé depuis la fusion municipale. Les besoins de locaux polyvalents sont criants.

 

« Je crois que la reconstruction ne fait vraiment pas de doute car c’est nécessaire comme infrastructure. Pourrions-nous en profiter pour bonifier l’offre ? Cela devient ma priorité des priorités. Je vais suivre le dossier de près. »

François Bélisle, conseiller du district Pointe-du-Lac

 

Camps de jour

24 heures après l’incendie qui a détruit le centre communautaire du secteur Pointe-du-Lac, la Ville de Trois-Rivières est en mode réflexion et solutions, notamment pour les camps d’été. M. Belisle affirme que plusieurs scénarios sont envisagés. Il y a déjà un autre camp d’été à l’école primaire Beau-Soleil situé tout près du sinistre. Le jumelage des deux camps est donc une option. Il y a aussi le centre Michel Veillette qui a déjà été utilisé il y a quelques années lorsque l’école était en rénovation. Pourrait-il être la solution ? L’idée est aussi sur la table.

 

« La Direction des loisirs est déjà sur le dossier. Elle va joindre tous les organismes et les utilisateurs habituels du centre pour voir leurs besoins à court terme, leurs biens perdus et leur relocalisation. »

François Bélisle, conseiller du district Pointe-du-Lac

 

Citoyens de Pointe-du-Lac

 

Support psychologique pour les élèves de l’École Beau-Soleil

Le feu qui a fait rage hier au Pavillon des Seigneurs a forcé temporairement l’évacuation de l’École Beau-Soleil située tout près. Les enfants ont pu regagner le gymnase par la suite, en attendant l’arrivée de parents et des autobus scolaires. Les flammes intenses, l’épaisse colonne de fumée et l’odeur persistante du brasier ont tout de même marqué l’imaginaire des tout-petits. Dans un courriel envoyé aux parents, la direction assure que les enseignants discuteront de cet événement stressant avec les élèves en classe, afin de ventiler leurs émotions et de répondre à leurs questions.

 

« Les titulaires prendront un temps afin d’échanger avec leurs élèves à propos de cette expérience troublante et stressante et nous offrirons un soutien particulier à tous ceux qui en manifesteraient le besoin. »

Brigitte Carrier, directrice de l’École Beau-Soleil  

 

La direction de l’école invite aussi les parents à parler du sujet avec leurs enfants à la maison.