La Brasserie Dépareillée lance la caisse Arc-en-ciel pour une bonne cause

92691425_833192520424955_3338253336427102208_n

La Brasserie Dépareillée de Yamachiche, qui vit la crise économique en tant que jeune entreprise, a décidé de se retrousser les manches et aider sa communauté. C'est pourquoi les propriétaires Raphaël Richard et Martin Poirier ont lancé la caisse Arc-en-ciel, aux profits de la Fondation école Yamachiche Saint-Léon.

Déjà plus d'une cinquantaine de caisses ont trouvé preneur en quelques jours. L'unité de 12 bouteilles de bières variées se vend 65 $ et pour chaque vente, 5 $ est remis à la fondation qui vient principalement en aide aux familles en difficultés.

Il est possible de se procurer la caisse directement en boutique, les vendredi et samedi entre midi et 17h, ou encore sur réservation tout au long de la semaine.

« On croit vraiment que si tout le monde peut s'entraider présentement, l'après-crise sera clairement plus agréable pour tous, souligne Raphaël Richard. Les fondations présentement n'ont plus vraiment de moyens de ramasser de l'argent, parce que les principaux événements caritatifs, les soupers, les levées de fonds, c'est terminé. C'est là qu'on s'est dit qu'on allait lancer la caisse Arc-en-ciel pour aider », poursuit-il.

Les producteurs brassicoles demandent de pouvoir livrer

Depuis peu, les restaurateurs ont la permission de livrer du vin directement chez les particuliers. Les épiciers et les dépanneurs peuvent faire de même avec l'alcool en vente dans leurs établissements, comme la bière provenant de microbrasserie. Par contre, les producteurs qui vendent aussi leurs produits en boutique ont l'interdiction d'effectuer des livraisons au domicile des particuliers.

Cette contrainte fatigue beaucoup la Brasserie Dépareillée, puisque des dizaines de commandes doivent être refusées chaque semaine à des clients qui souhaitent se faire livrer la boisson.

« Il faut que les choses changent. Ça nous permettrait de payer nos frais fixes. Pour moi, 30 % de mes clients ce sont des restaurateurs, donc évidemment, on n'a plus ces ventes-là. Pouvoir vendre nos produits aux particuliers, ça nous aiderait énormément et ça aiderait plusieurs microbrasseries pour qui ça pourrait être le seul gagne-pain en ce moment », souligne Raphaël Richard.

Des demandes ont été effectuées au gouvernement Legault ainsi qu'au député du comté de Maskinongé, sans réponses pour l'instant.

Il est possible de se procurer la caisse et d'autres produits dans l'un des nombreux points de ventes de la Brasserie Dépareillée au Québec.