La Trifluvienne Florence Brunelle ira aux Jeux de Pékin

144385659_1000707660338057_3696468565315611229_n

C’est officiel! La Trifluvienne Florence Brunelle sera des prochains Jeux olympiques à Pékin.

 

Patinage de vitesse Canada a confirmé mardi que l’athlète, qui vient tout juste d’avoir 18 ans avant les Fêtes, était de la composition de l’équipe courte piste. Elle deviendra donc la plus jeune olympienne canadienne en patinage de vitesse courte piste.

 

« En vrai, ça fait un petit bout que je m’en attends, mais là, c’est cool! C’est officiel! Et là, ben on se prépare pour ça. Je suis prête! »

Florence Brunelle

 

La patineuse trifuvienne accède donc à ses premiers jeux, quelques semaines seulement après avoir participé à ses premières Coupes du monde où elle a gagné trois médailles au relais. Les compétitions qui ont eu lieu cet automne lui ont permis de voir le niveau de compétition auquel elle doit s'attendre à Pékin dans quelques jours. Elle a aussi réalisé l'importance d'une bonne préparation mentale.

 

Sa principale adversaire : elle-même

Florence affirme avoir énormément travaillé sur sa vision de la compétition au cours de la dernière année. La jeune athlète avoue se mettre beaucoup de pression sur les épaules, au point même parfois de ne plus se sentir bien sur la glace. Le plaisir de patiner lui file parfois entre les doigts. L'expérience vécue cet automne en Asie a été à la fois éprouvante et revivifiante.

 

« En Coupe du monde, c’était comme une première fois parce que en mars dernier, il n’y avait pas les patineuses d’Asie. Il y avait moins de bonnes patineuses. Là, en octobre, ça m’a rentré dedans. Ça été vraiment dur mentalement. Je me suis mis beaucoup de pression aussi. On devait classer le pays pour les Jeux. C’est très atteignable, mais ça me rajoutait une pression que j’ai eu beaucoup de misère à gérer. Quand j’ai trop de pression… Quand je me mets trop de pression moi-même, j’arrête d’aimer ce que je fais. En revenant ici, j’ai cheminé dans ma tête. Je le savais que je ne devais pas me mettre autant de pression, mais c’était vraiment important à mes yeux alors je ne me sentais pas bien. Mais il y a eu un déclic. Je me suis dis : ''Regarde Florence, va patiner pour toi. Aie du plaisir.''  J’y crois à ce que je me dis. C’est pas juste une pensée de même. J’y crois. Je le fais. Mes résultats sont meilleurs. Je comprends la game et je sais comment faire. »

 

Décrite comme «une impressionnante étoile montante» par Patinage Canada, la Trifluvienne ne vise rien de moins qu’un podium à ses premiers jeux. Elle aborde la compétition avec beaucoup de maturité et de positivisme. 

 

« Je suis prête pi c’est normal pour moi qu’un moment donné je tombe dans le mind set que j’ai un petit peu peur pi que je suis stressée mais c’est juste que je suis capable de m’en sortir vraiment plus facilement qu’avant. Oui, c’est une année olympique et faut aller performer.  L’objectif au final, c’est d’aller gagner une médaille aux Jeux olympiques. C’est ça la vrai game. C’est là que je suis rendue. Go. Faut que tu y ailles Florence. »

 

L’oreille attentive de Kim Boutin

La présence de Kim Boutin à ses côtés est bénéfique pour sa préparation mentale. La médaillée olympique l’amène à aborder différemment les compétitions, à visualiser positivement sa présence sur la glace et à se concentrer sur ce qu’elle sait le mieux faire : patiner le plus rapidement possible!

 

« C’est super inspirant de voir Kim. J’y parle souvent à Kim. C’était bon de l'avoir parmi nous et de connaître son opinion. C’est la seule dans l’équipe qui a déjà fait un cycle olympique, qui a déjà vécu ça. Elle sait c’est quoi. Des fois, j’arrive sur la ligne et j’ai peur de mal faire. Faut que je sois prête à foncer. Mais là, on n’a pas peur de mal faire. On veut aller chercher une médaille. C’est la différence. Et pour vrai, je me dis ''Fais juste donner de ton mieux Florence. Anyway, si tu donnes de ton mieux, qu’est-ce que tu peux faire de plus''. Je ne suis pas la même personne qu’au début de l’an passé. J’ai appris beaucoup. J’ai appris beaucoup sur la vie et la vision des choses. Ça m’a fait relativiser les choses. Je vois les efforts que j’ai fait pour changer. Je voulais évoluer en tant que personne. J’ai réussi à faire ça.»

 

La cérémonie d’ouverture des Jeux de Pékin aura lieu le 4 février prochain. Les épreuves de patinage commenceront dès le lendemain.

Avec la collaboration d'Olivier Caron, Noovo info

 

Découvrez aussi cet article sur la patineuse trifluvienne: Florence Brunelle brille aux Championnats canadiens