Les signalements sont en hausse constante à la DPJ Mauricie-Centre-du-Québec

IMG_9117_opt

Le nombre de signalements faits à la Direction de la protection de la jeunesse en Mauricie-Centre-du-Québec est en hausse constante depuis quelques années, plus spécifiquement depuis trois ans.

En 2016-2017, 7 233 cas avaient été rapportés à la DPJ. En 2018-2019, ce nombre a grimpé à 8 022. En moyenne, 22 appels sont logés chaque jour à la DPJ-MCQ. Pour ce qui est des signalements retenus, c'est-à-dire qui ont nécessité une intervention des autorités, la quantité a bondit de 12,6% depuis 2016-2017, passant de 2 990 à 3 366.

Selon Robert Levasseur, directeur de la protection de la jeunesse de la région, le nombre de signalements reçus cette année était semblable à l'année précédente jusqu'au décès de la fillette de Granby, en avril dernier, après quoi une hausse a été constatée.

« Il y a eu un événement tragique dans les derniers mois. Les gens ont été très sensibilisés et on s'est retrouvé avec une hausse majeure en juin. »

La grande majorité des jeunes visés par les signalements ont moins de 12 ans, le tiers est âgé de moins de 6 ans.

Quant aux causes qui mènent à une intervention, la négligence et le risque sérieux de négligence se trouvent au sommet du palmarès, représentant 50,5% des cas. Les mauvais traitements psychologiques suivent à 20,9% et les abus physiques viennent ensuite à 9,6%.

En date du 25 septembre 2019, 301 dossiers étaient toujours en attente en Mauricie-Centre-du-Québec.

Une DPJ sévèrement blâmée

En juin dernier, une juge avait sérieusement pointé du doigt la Direction de la protection de la jeunesse de la région. Cette dernière soutenait que l'instabilité à la direction de la DPJ et au niveau du personnel menaient à l'abandon d'enfants qui étaient ainsi laissés à eux-mêmes. 

Le directeur de la protection de la jeunesse de la Mauricie-Centre-du-Québec, Robert Levasseur, assure que de nombreux changements ont été apportés depuis.

« Les choses ont commencé à changer avant: les façons de recruter des familles d'accueil et les façons de traiter les signalements. Il y a aussi eu des actions avec le soutien du ministère, l'ajout de postes. »

Pour ce qui est de l'ensemble de la province, un total de 105 644 dossiers ont été traités en 2018-2019, une augmentation de 10% par rapport au bilan annuel de 2017-2018. De ce nombre, 41 530 ont été retenus. La négligence et le risque sérieux de négligence représentent 40% des dossiers, alors que les abus physiques en représentent le quart.