Manifestation des employés de la santé et de l'éducation : « on veut négocier »

manif3 pascal bastarache

Des dizaines de travailleurs de la santé et de l'éducation ont manifesté devant les bureaux du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec à Trois-Rivières mercredi midi.

Ils y étaient pour réclamer de meilleures conditions de travail au gouvernement Legault. Les employés affirment que Québec refuse de négocier sur celles-ci depuis la fin de la convention collective le 31 mars.

« Le gouvernement déplume ses anges-gardiens. François Legault mentionne toujours publiquement qu'il veut négocier nos conditions de travail, mais dans les coulisses, il s'en fou complètement », soutient Pascal Bastarache, président du syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers du CIUSSS MCQ.

Le syndicat dénoncent aussi que le gouvernement de la CAQ menace de mettre fin à la prime de rétention, prévoyant un bonus allant jusqu'à 400 $ pour plusieurs travailleurs.

« On parle de primes de 10 % pour les employés spécialisés et pour certains types d'emploi en CHSLD. Leur salaire n'augmente pas, alors ce n'est pas négociable pour nous de retirer ces primes-là », ajoute M. Bastarache.

Aux yeux de Pascal Batarache, ce refus de négocier arrive à un bien mauvais moment, alors que le réseau de la santé s'apprête à affronter une seconde vague de la COVID-19. Selon lui, l'employeur a aussi la responsabilité de faire avancer le dossier.

« Le CIUSSS est notre employeur et doit également mettre de la pression sur le gouvernement parce qu'au final, l'agissement de M. Legault nous amène tout droit dans un mur à la veille d'une deuxième vague. Dans les conditions actuelles, avec la surchage de travail et un manque de respect de sa part, François Legault malheureusement sera tout seul pour affronter la deuxième vague », conclut le président du syndicat.

Pascal Bastarache