Moyens de pression en santé: les syndiqués ne bloqueront pas le pont Laviolette

IMG_2915

La manifestation prévue le 26 novembre prochain sur le pont Laviolette n'aura finalement pas lieux. Le syndicat derrière ce coup d'éclat, annoncé plus tôt cette semaine, s'est ravisé vendredi.

Dans une lettre envoyée aux médias, le président du syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers (CSN), Pascal Bastarache, affirme que le blocage du pont Laviolette ne fera pas partie de moyens de pression, car « nous savons trop ce que ça fait d’être pris en otage », dit-il.

L'action de mobilisation en question a largement fait réagir cette semaine. Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes se sont prononcées contre celle-ci, affirmant qu'elle allait « prendre en otage » la population. Les maires de la région se sont aussi levés pour dénoncer la tenue de cette manifestation.

« Plaçons-nous maintenant dans la peau des travailleuses et des travailleurs de la santé où un très grand nombre est dans cette situation d’être « pris en otage » quelques heures TOUS LES JOURS, entre autres par la surcharge de travail et par le temps supplémentaire obligatoire », indique Pascal Bastarache dans sa missive.

Il ajoute également que les syndiqués ne bloqueront pas le pont Laviolette, mais pose la question suivante: « qui va entendre notre cri? Qui va mettre fin à notre cauchemar? »

Le président du syndicat souligne que d'autres mobilisations seront organisées prochainement, comme c'est le cas depuis quelques semaines.

Gracieuseté