Nemaska Lithium largue Shawinigan pour Bécancour

nemaska lithium

L'important projet d'usine de transformation de lithium qui devait être implanté à Shawinigan n'y verra finalement pas le jour. L'entreprise Nemaska Lithium a plutôt choisi de déménager ses installations à Bécancour, advenant l'achat du site convoité, une annonce que ne digère pas la Ville de Shawinigan.

Un terrain de 500 000 pi² a déjà été choisi dans le parc industriel et portuaire en vertu d'une entente avec option d'achat. L'entreprise, rachetée par Investissement Québec et la société britannique Pallinghurst, s'était placée à l'abri de ses créanciers après avoir connu d'importants problèmes financiers.

Le projet prévoit la transformation de minerai de lithium, un composant des batteries des véhicules électriques, provenant d'une mine située au nord du Québec, à Whabouchi, dans une usine électrochimique.

Le choix de finalement s'installer à Bécancour aurait été fait en raison de la présence d'un port en eau profonde disponible à l'année et que le terrain visé est vacant, contrairement à celui de Shawinigan où l'ancienne usine Laurentide existe déjà. L'entreprise justifie aussi sa décision en soulignant que l'implantation sur la rive-sud du fleuve Saint-Laurent évitera d'opérer une usine chimique au sein d'une communauté urbaine.

« La sélection du parc industriel et portuaire de Bécancour […] pour l’installation de son usine […] est un jalon très important pour le développement de Nemaska Lithium », a soutenu le président du conseil d’administration de l'entreprise, Gervais Jacques, dans un communiqué.

Bell Média / Michel Angers

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, n'accepte pas du tout ces arguments. Il a d'ailleurs très mal réagi à cette annonce.

« Je suis profondément déçu et frustré. Et ne me dites pas que le projet reste dans la région... C'est comme si on achète un vélo à notre enfant, qu'on lui fait essayer, puis qu'on le donne au 2e voisin trois rues plus loin et qu'on dit à notre enfant ''ne soit pas inquiet, tu vas le voir passer de temps en temps''. Le gouvernement du Québec a maintenant une dette envers Shawinigan », dénonce M. Angers.

À son avis, le fait que le projet appartient à 50 % au gouvernement et qu'il s'installe dans un parc industriel et portuaire gouvernemental n'est pas le fruit du hasard.

« Il y a un seul parc industriel gouvernemental et c'est celui de Bécancour. [...] Quand on me parle d'une décision d'affaires, on va repasser. Je n'accepte certainement pas les arguments de Nemaska Lithium. On a un parc industriel grand gabarit qui a 4 fois l'espace dont Nemaska Lithium a besoin. »

Michel Angers entend réclamer une rencontre avec le premier ministre François Legault afin d'obtenir davantage d'explication.