Pas de mur antibruit sur la portion trifluvienne de l'A55

a55-google-maps

Il n'y aura finalement pas de mur antibruit le long de la portion trifluvienne de l'autoroute 55. Le conseil de la Ville de Trois-Rivières juge que les coûts de construction, évalués à 35 M$, sont trop excessifs. 

Avec la construction de la cloison antibruit, les citoyens de Trois-Rivières auraient payé une taxe d'amélioration de plus de 8 000 $ annuellement, et ce, pendant plus de vingt ans. Les résidents du secteur se plaignent du bruit depuis des années.

« Je suis allé à la rencontre des résidents, j'ai discuté avec certains résidents de façon plus rapprochée aussi… c'était pour leur donner des réponses. Ils avaient besoin […] d'avoir des réponses et savoir que ce dossier-là ne trainait pas en longueur », affirme Jonathan Bradley, conseiller du district de Richelieu.

Ce dernier souhaitait leur expliquer en personne les tenants et les aboutissants de l’étude d’ingénierie. « […] On voulait mettre un comité d'ingénieurs à la Ville, de conseillers municipaux, de directions et de citoyens, pour trouver des solutions alternatives, des mesures d'atténuation du bruit. Les citoyens comprennent que les coûts sont astronomiques », soutient-il.

La Ville voudrait ainsi instaurer un partenariat avec le ministère des Transports pour étudier la possibilité de faire réduire la vitesse entre l'embranchement de la 40-55, qui se rend jusqu'au pont Duplessis.

Une lettre a été acheminée au MTQ, signée conjointement par trois conseillers. La direction de la Ville est en contact avec le ministère. « En plus des conseillers impliqués, on veut impliquer la direction au génie qui a le rapport de la firme Englobe. On veut impliquer la Société de l'assurance automobile du Québec, le contrôle routier pour la sensibiliser au niveau des freins Jacob. On veut trouver des moyens peu couteux pour atténuer le bruit », conclut le conseiller municipal.

Une table de concertation citoyenne sera formée sous peu en attente de la rencontre avec le ministère des Transports, dont la date reste à être déterminée.

 

Un texte de Francis Gallant