Pénurie de main-d'oeuvre: le gouvernement lance son plan d'action

IMG_9098_opt

La pénurie de main-d'oeuvre n'épargne pratiquement aucun domaine au Québec. C'est pourquoi le gouvernement provincial a lancé lundi matin son plan d'action pour lutter ce phénomène, sachant que 140 000 postes sont présentement vacants.

Après avoir visité les 17 régions administratives de la province, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale Jean Boulet a constaté de nombreuses lacunes à combler. Les entreprises, grâce au plan, pourront espérer engager davantage de travailleurs d'expériences et de minorités visibles.

Le ministre Boulet a annoncé un investissement de 7 millions de dollars sur 5 ans pour subventionner jusqu'à 50% du salaire des employés de 55 ans et plus qui seront engagés à temps partiel.

L'intégration des jeunes et de la main-d'oeuvre sous représentée, comme les immigrants et les personnes handicapées, est aussi au coeur du plan.

« Les personnes de 15 à 29 ans ni à l'emploi, ni aux études, ni en formation, il y en a 120 000 au Québec. Il faut trouver une façon innovante d'intégrer ces personnes-là sur le marché du travail », a lancé Jean Boulet en conférence de presse.

Les secteurs de la technologie de l'information, de la santé et de la gestion, des finances et de l'administration sont les plus affectés par la rareté de main-d'oeuvre. Pour mieux les soutenir, le gouvernement prévoit financer en partie les formations aux employés pour que ceux-ci soient rémunérés par leur employeur tout en étant formés.

Le ministre du Travail souhaite aussi améliorer les compétences des Québécois, puisque 53% d'entre eux éprouvent des difficultés en lecture et en écriture.

« Quand des personnes sont dans un environnement de travail et ne sont pas capables de lire les consignes de sécurité ou ne sont pas capables de lire ce que leur travail requiert, c'est préoccupant. Il faut absolument rehausser les compétences des Québécois et des Québécoises », souligne-t-il.

Le gouvernement Legault en profite également pour créer 22 nouveaux postes de conseillers en entreprises.