Semer, cultiver, cuisiner et manger sa nourriture... au primaire!

IMG_9220_opt

Les jeunes de l'École primaire Louis-de-France de Trois-Rivières peuvent se vanter d'être les premiers au Québec à cultiver la nourriture qu'ils pourront ensuite manger sur l'heure du diner. Vendredi midi, ils ont enfin pu goûter le fruit de leurs efforts en dégustant plusieurs variétés de salades produites à même les jardins de l'école.

Depuis 2016, l'initiative permet aux jeunes d'être sensibilisé à l'importante de bien manger et de l'agriculture au Québec. Grâce au travail d'une technicienne en agroalimentaire, les apprentis cultivateurs ont droit à différents ateliers sur le jardinage et plusieurs activités en lien avec l'agroalimentaire.

C'est donc ce vendredi que le 3e Festival des récoltes a eu lieu à l'établissement scolaire Louis-de-France. Carotte, coriandre, cèleri mauve, ail, poivron, betterave... tout pousse directement sur le terrain de l'école. Au total, pas moins de 150 kilos de légumes ont été produits par les élèves. 

Les jeunes ont donc eu droit à un menu entièrement préparé avec les aliments issus de l'un ou l'autre des 24 bacs jardins situés sur le terrain, à l'exception des pommes et de l'huile d'olive.

« Baser le menu sur les récoltes, pour les élèves c'est extrêmement important. Ils ont semé, récolté et transformé, ensuite ils peuvent déguster. C'est la chaîne complète de l'alimentation. » - Julia Grenier, directrice générale d'Agrécole.

À travers le processus, les élèves sèment et cultivent leurs légumes. Ils les préparent et les cuisinent ensuite eux-mêmes, grâce à la nouvelle cuisine de l'école et l'ajout d'un bar à salade.

Des pionniers de l'agroalimentaire

Cette année, l'organise à but non-lucratif AgrÉcoles est créé. Il permettra à d'autres écoles d'implanter le même système que celui de l'École Louis-de-France et accompagnera les établissements intéressés à intégrer de manière innovante l'agroalimentaire à la vie scolaire. Des milliers d'enfants de la province pourront donc éventuellement apprendre à cultiver leurs aliments, grâce au projet né à Trois-Rivières. D'autres écoles ont déjà signifié leur intérêt.

En mai 2019, le Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a subventionné le projet grâce à une aide financière de 649 000$. Ce montant permettra à AgrÉcoles de construire une nouvelle classe extérieure et une serre derrière l'établissement à l'été 2020.

« On pourra devenir une vitrine pour les autres écoles. Les jeunes pourront sortir à l'extérieur plus souvent, apprendre à l'extérieur, transformer les aliments à l'extérieur. » - Julia Grenier, directrice générale d'Agrécole.

Bell Média