Trafic de stupéfiants: 53 perquisitions en Mauricie

Police Trois-Rivieres

L’opération matinale d’envergure a mobilisé plus de 250 policiers dans les secteurs de Shawinigan, Saint-Boniface et de Trois-Rivières.

 Ils ont été affectés à la recherche d’élément de preuve dans les lieux, de véhicules affiliés aux individus suspectés et de trafic de stupéfiants et contrebande. Au terme de l’enquête, la Police de Trois-Rivières en collaboration avec l’escouade régionale mixte de la Mauricie et le Service des enquêtes en contrebande ont procédé 53 Perquisitions.

 

«On a procédé notamment la perquisition de 31 lieux (résidentiel et commerciale) et de 21 véhicules. De plus du cannabis artisanal, de l’argent comptant et des armes à feu ont été saisis», précise la porte-parole de la Sûreté du Québec, Marithé Bolduc.

 

 

Il s’agissait de deux organisations:  la première en lien dans le contrôle et le trafic de stupéfiants dans le secteur de Shawinigan et la seconde dans la production, la distribution et la vente de cannabis illicite. Cette dernière aurait organisé l’approvisionnement dans des lieux possédant des certificats d’inscription à Santé Canada. Plus d’un million de dollars en valeurs immobilières et en biens (véhicules et produit de la criminalité) a été saisi au cours de ses opérations.

 

Perquisitions de l’Escouade régionale mixte (ERM) Mauricie et du Service des enquêtes sur la contrebande 

300 000$ en argent comptant
900 grammes de cocaïne et dérivés
130 000 cigarettes de contrebande
1800 grammes de psilocybine
17 300 comprimés de méthamphétamines
 2 litres de GHB
10 armes à feu
Une presse à haschisch
395 kilos de cocottes de cannabis en vrac
1100 plants de cannabis

 

 

Six individus ont été arrêtés, trois sont demeurés détenus et trois ont été libérés et comparaitront ultérieurement., entre autres, à des accusations de production, de distribution et de vente de cannabis illicite. Un de ces individus est en lien avec les deux stratagèmes. Ce dernier pourrait faire face également à des chefs d’accusation en matière de trafic de stupéfiants.

Rappelons que les ERM sont des partenaires entre services de police qui ont comme objectif une mise en commun des ressources pour mieux lutter contre le crime organisé, et ce, dans toutes les régions du Québec.

 

Texte de Francis Gallant