Une commis enceinte violentée par un anti-masque à Trois-Rivières

Palais de justice de t-r

Une jeune femme de 28 ans, enceinte, qui a tout simplement voulu faire son travail s'est fait frapper à la tête, puis poussée par un client qui ne voulait pas porter son masque en fin de semaine à Trois-Rivières. 

L'événement se déroule dimanche un peu avant l'heure du dîner au dépanneur Couche-Tard situé à l'angle du boulevard des Récollets et de la rue Papineau à Trois-Rivières. Un individu s'y présente sans son masque. Interpellé par la commis, il rebrousse chemin. L'homme revient toutefois quelques minutes plus tard, toujours sans son masque, et se dirige vers les produits laitiers où il empoigne un carton de lait qu'il boit. La commis, qui est enceinte, se rend l'avertir. L'individu l'aurait alors frappé à la tempe en plus de la pousser. Faisant son chemin vers la sortie, l'homme endommagerait de l'équipement sanitaire en plus de pousser d'autres clients qui se trouvent sur place.

Le présumé agresseur, Samuel Savoie, aurait été intercepté un peu plus tard par la police de Trois-Rivières. Il a comparu une première fois hier au palais de justice de Trois-Rivières où il a été accusé de voies de fait et méfaits. La Couronne s'est objectée à sa remise en liberté. Il sera de retour à la Cour aujourd'hui pour son enquête sur caution. 

Quant à la victime, elle aurait passée une partie de la journée de dimanche à l'hôpital. En entrevue au quotidien le Nouvelliste, son conjoint a dit ne pas en revenir de la violence gratuite démontrée par l'accusé. Il a également confirmé que sa conjointe avait pris la journée d'hier de congé afin de se remettre des événements du week-end. Elle s'en tire avec une bonne ecchymose sur la tempe.