CORONAVIRUS: Aller chez le coiffeur coûtera plus cher

Coiffure (Unsplash Guilherme Petri)

Repousses, cheveux blancs, trop longs, trop courts: les cheveux sont une préoccupation constante depuis que les salons de coiffure ont fermé leurs portes en raison de la crise du coronavirus. 

Les coiffeurs aussi piaffent d'impatience et n'attendent plus que le feu vert du gouvernement pour accueillir leur clientèle. Le guide de mesures sanitaires préparé par la CNESST est prêt et sera disponible sous peu, selon l'Association Coiffure Québec qui a collaboré à l'élaboration du document au nom de ses 1000 membres.

Les coiffeurs porteront de l'équipement de protection comme des lunettes et un masque, ou encore une visière. Des plexiglas seront installés et les postes de travail seront nettoyés entre chaque client. Certains salons embaucheront aussi des employés supplémentaires à l'accueil pour s'assurer que les normes de distanciation sociale soient respectées.

L'application de ces nouvelles mesures fera grimper de 15% les dépenses des salons de coiffure.

« Ce qu'on voit sur les réseaux sociaux, la plupart des coiffeurs ont malheureusement décidé d'augmenter les prix. Beaucoup de salons connaissaient déjà des difficultés avant la COVID. (...) Ceux qui faisaient des profits, ça va fondre. (...) C'est sûr que les factures seront plus élevées, on n'a pas le choix.» - Stéphane Roy, président de l'Association Coiffure Québec

Malgré tout, M. Roy exhorte les coiffeurs à mettre en place les recommandations de la CNESST pour éviter que le gouvernement recule sur sa décision, une fois qu'il aura autorisé la reprise des activités.

Il a confiance que les clients comprendront et s'attend à ce que d'autres industries, dont la restauration, grimpent leurs prix à la suite de la crise du coronavirus.

La coiffure en confinement

Depuis le début des mesures de confinement, les réseaux sociaux sont inondés de vidéos et statuts en lien avec des expériences de coiffure à la maison. Certaines sont réussies, d'autres moins.

Les coiffeurs voient ça d'un bon oeil puisque cette tendance vient confirmer l'importance de leur profession. Ils s'attendent à une affluence monstre lorsque les salons pourront rouvrir.

Certains s'inquiètent malgré tout de perdre une clientèle qui leur est chère.

« Il y a une relation entre le coiffeur et son client qui n'est pas juste économique. Il y a de l'amour. (...) Il y a peut-être des gens qu'ils ne reverront pas. Peut-être que des gens vont s'habituer à leurs cheveux longs ou à leurs cheveux gris. » -Stéphane Roy, président de l'Association Coiffure Québec

D'ici au retour des professionnels en salon, M. Roy estime que le meilleur conseil à donner aux coiffeurs amateurs est d'être prudent avec les colorations pâles telles que les blonds. Les dommages peuvent être très difficiles à réparer par la suite.