CORONAVIRUS: Legault constate un relâchement des règles sanitaires

legault ctv

François Legault demande aux Québécois de recommencer à respecter les consignes sanitaires liées à la pandémie. Après une baisse importante des nouveaux cas de COVID-19 au Québec, le bilan quotidien repart en hausse depuis deux semaines. 

Ces chiffres préoccupent le gouvernement qui est toutefois incapable d'identifier une cause précise pour justifier cette augmentation qui se remarque dans plusieurs régions. 

«La conclusion qu'il faut tirer, c'est qu'il y a un relâchement général au Québec. C'est un peu normal, ça fait six mois que les gens font des efforts. (...) C'est un peu normal qu'on soit fatigué des consignes. (...) Tout le monde voudrait recommencer à vivre comme avant, mais il faut y aller graduellement. »

- François Legault, premier ministre du Québec.

Les nouveaux cas sont liés à différentes activités, incluant des sports, des éclosions en milieu de travail, un mariage et une soirée karaoké dans un bar de Québec. Cet événement «inacceptable» aux yeux du ministre de la Santé Christian Dubé, est la source de 10 des 140 nouveaux cas du jour. D'autres pourraient s'ajouter prochainement.

Santé Québec

Plusieurs personnes semblent avoir baissé la garde lors des rassemblements entre amis ou en famille. François Legault implore la population de se discipliner pour éviter de nouvelles mesures de confinement, incluant la fermeture des écoles. «On doit ça à nos enfants.» a déclaré le premier ministre.

Si la tendance à la hausse persiste, le gouvernement pourrait serrer la vis aux contrevenants. Les sanctions pourraient être plus faciles à imposer en raison des réseaux sociaux.

« Si les gens commencent à nous envoyer des vidéos et qu'on est capable de reconnaitre des personnes, on va le considérer. C'est très dangereux ce que je vois.»

- Christian Dubé, ministre de la Santé

Concernant les différentes manifestations qui ont eu lieu dans les dernières semaines, la santé publique est incapable de les identifier comme une source directe de contamination. La Santé publique considère tout de même qu'elles peuvent être néfastes en raison de la proximité entre les gens.