COVID 19: 2 Québécois sur 3 surveillent leurs dépenses

iStock_85250689_SMALL

Le Québécois sont nombreux à se serrer la ceinture en cette période de pandémie. Deux personnes sur 3 disent être plus conscientes de leurs dépenses et comparent les prix selon un sondage de l'Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l'UQAM.

55% des 1 000 répondant ayant participé au sondage effectué pendant le premier mois de confinement surveillent également les rabais pour économiser. La situation a aussi été propice à de nouveaux apprentissages pour effectuer nous-même des taches qu'on confie généralement à des professionnels avec la pause imposée par le gouvernement du Québec. 

 

LA CUISINE GAGNE EN POPULARITÉ

Les repas fait maison sont certainement l'un des plus grands bienfaits de la pandémie dans plusieurs familles lors que 69% des répondants au sondage disent avoir passer plus de temps devant les chaudrons avec le confinement. Vous avez été aussi nombreux à écouter les consignes du gouvernement Legault en ecourageant les produits et les fournisseurs locaux dans une proportion de 68%.

"Ce ralentissement de la vie fait en sorte que les pratiques de "fait maison" dont on a entendu parler dans les médias ont explosées. En particulier, on cuisine beaucoup plus surtout en famille." - Fabien Durif, directeur de l'OCR

La plupart des familles cherchaient à cuisiner le plus sainement possible à moindre coût. 

Par ailleurs, plus du tiers des répondants ont profité du ralentissement pour regarder des tutoriels en ligne pour apprendre de nouvelles choses pendant le confinement. Les vidéos de cuisine, de couture et de bricolage ont été particulièrement populaires pendant cette période.

L'Observatoire travaille présentement sur une deuxième enquête pour voir si ces comportements resteront ancrés dans nos habitudes à plus long terme. 


MOINS RESPECTUEUX DE L'ENVIRONNEMENT

Le plus grand perdant de ce changement dans nos habitudes de consommation, c'est certainement l'environnement. 

Le professeur Fabien Durif remarque une baisse de sensibilité chez de nombreux Québecois, notamment au supermarché.

"L'habitude qu'on avait d'apporter nos sacs réutilisables à l'épicerie, le vrac commençait à émerger, la réduction des plastiques à usage unique devenait extrêmement populaire...  On est dans une crise sanitaire qui risque de durer un bon moment. Que va-t-il se passer sur ces sensibilités qui devenaient très fortes depuis un an?"

À preuve, les Québécois sont 40% moins nombreux à apporter leurs sacs réutilisables à l'épicerie. Il faut dire que plusieurs établissements ont décidé de remettre les sacs de plastique en circulation pour protéger leur personnel. 

Moins de 2 Québécois sur trois sont d'accord pour éliminer les sacs à usage unique. C'est une baisse de 13 points par rapport à un autre sondage effectué en 2019 selon l'Observatoire.