COVID-19: Québec pourrait interdire les soirées karaoké

Karaoké - Unsplash Anna Earl

La Santé publique pourrait interdire les soirées karaoké en raison de la pandémie de COVID-19.

D'ici à ce qu'il prenne une décision, le directeur national Horacio Arruda recommande néanmoins d'éviter de fréquenter ces événements. Le Dr Arruda a fait cette déclaration cet après-midi lors d'un point de presse au Saguenay - Lac-Saint-Jean, dans le cadre de sa tournée des régions.

Les autorités de la santé sont préoccupées par une soirée karaoké à Québec qui est responsable à elle seule d'au moins 40 cas positifs et de trois éclosions dans des écoles. Elles étudient donc la possibilité de rendre le karaoké illégal au même titre que la danse dans les bars.

« Il y a un certain engouement qui s'installe. Les gens se mettent à chanter, accompagnent les autres. Il y a des échanges de micro. C'est clair que c'est une activité, à mon avis, qui est de la même nature que la danse. »

-Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Québec devient un des principaux foyers de contagion

La santé publique de Québec est en mode alerte. La Capitale-Nationale est actuellement un des principaux foyers de contagion dans la province. La région a même enregistré plus de cas que Montréal dans le bilan quotidien de mardi, soit 31 cas contre 22.

En conférence de presse cet après-midi, le directeur de santé publique par intérim de la Capitale-Nationale, Dr Jacques Girard, a abondé dans le même sens que son collègue Dr Arruda. Il s'est montré préoccupé par la multiplication des infections liée à l’éclosion au bar Kirouac et a évoqué l'effet domino qu'il veut absolument éviter. 6 bars auraient été visités par des gens infectés.

« Il y a des choses qu'on faisait avant l'arrivée de la COVID-19. Il y a des choses qu'on ne fait plus maintenant. Pour moi le karaoké est une activité fortement à risque. Personnellement, je ne le prendrais pas. Je peux comprendre que d'autres pourraient prendre ce risque, mais attention.»

-Dr Jacques Girard, directeur de santé publique par intérim au CIUSSS de la Capitale-Nationale

Le Dr Girard a invité toutes les personnes qui ont fréquenté un bar du quartier Saint-Sauveur à Québec à subir un test de dépistage, qu’ils soient symptomatiques ou non.

Avec la collaboration d'Andrée-Anne Barbeau, journaliste Bell Média