COVID-19: retour du couvre-feu et d'un train d'autres mesures

Il entre en vigueur dès demain 22h00 jusqu'à 5h00 le matin

Un train de mesures, y compris le couvre-feu de 22h à 5h, entrera en vigueur dès demain, et ce, jusqu'à nouvel ordre. Le but est de contrer la flambée des cas de COVID des derniers jours, mais surtout, de préserver la capacité des hôpitaux de soigner les patients.

Le nombre d'hospitalisations a doublé en une semaine, passant de 473 à 939, alors que le nombre de cas quotidiens devrait dépasser les 16 000 dès demain. «La situation est la pire en 22 mois», a précisé le premier ministre François Legault lors de son point de presse, en fin de journée.

«Dans les prochaines semaines, il y a un risque de dépasser la capacité maximale des hospitalisations. Il y a un risque de ne pas pouvoir soigner tout le monde au Québec. Je veux tout faire pour limiter les conséquences dramatiques pour tous les Québécois. C'est un geste qui est extrême parce que la situation est extrême.»

François Legault, premier ministre du Québec 

À la veille du Nouvel An, les rassemblements en dehors de la bulle familiale seront interdits. Il y aura quelques exceptions, notamment pour les proches aidants et les personnes vivant seules.

Les salles à manger des restaurants seront fermées. Tous les sports intérieurs seront interdits. Les lieux de culte ne seront accessibles que pour des funérailles avec un maximum de 25 participants.

De plus, l'ensemble des commerces seront fermés pour les trois prochains dimanches, soit jusqu'au 16 janvier, pour permettre aux travailleurs essentiels de prendre une pause.

Le télétravail demeure obligatoire.

Ceux qui vont défier le couvre-feu s'exposent à une amende allant de 1000 $ à 6 000 $. Toutefois, le premier ministre s'est engagé à ce que ce soit «le premier assouplissement qu'on va faire» lorsque la situation redeviendra sous contrôle.

On se souviendra que le gouvernement du Québec avait employé cette mesure importante à partir du 8 janvier dernier, en vigueur dès 20h, pour lutter à l'époque contre la hausse inquiétante de nouveaux cas de COVID-19. Le couvre-feu avait été levé le 28 mai.

«Ce n'est pas par plaisir qu'on le fait. C'est par nécessité. C'est pour sauver nos hôpitaux et pour sauver des vies.»

François Legault

Le retour en classe de tous les niveaux, même dans les cégeps et les universités, est repoussé au 17 janvier, pour l'instant. D'ici là, les cours seront dispensés de façon virtuelle. Les services scolaires spécialisés continueront d'avoir lieu.

Les services de garde sont maintenus, mais ne seront disponibles que pour les enfants des travailleurs essentiels.

Passeport vaccinal

Devant la crogne qui se fait de plus en plus présente contre les personnes non-vaccinées, Québec examine la possibilité de les limiter davantage, puisqu'ils ont 10 fois plus de chance d'être hospitalisées.

Le premier ministre Legault ne peut leur refuser les soins dont ils pourraient avoir besoin. C'est pourquoi certains commerces et d'autres lieux pourraient leur être interdit d'accès. 

L'utilisation du passeport vaccinal serait donc élargie.

«Partout où on va être capables, en pratique, de mettre le passeport vaccinal, on va le mettre.»

François Legault, premier ministre

La mesure servira à «protéger les non-vaccinés contre eux-mêmes», selon M. Legault

Appel aux travailleurs

Non seulement les hospitalisations se multiplient, mais le nombre de travailleurs de la santé devant s'absenter à cause de la COVID-19 s'élevait à 12 500, ce jeudi.

L'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) révèle que le délestage risque d'être insuffisant dans les prochains jours pour permettre de soigner tous les malades.

Le premier ministre a refusé de s'avancer sur les risques de se retrouver en rupture de service, mais a demandé, voire supplié les soignants de poursuivre leur travail, même s'ils sont atteints de la COVID. 

M. Legault s'est dit conscient de l'effort supplémentaire demandé, mais le service à la population en dépend selon lui.

«On est dans un tempête, et elle est à son maximum. Je peux pas croire qu'on va laisser des Québécois sans soins. Si vous en êtes capables, venez aider vos collègues, on a besoin de vous autres»

François Legault

Mais ce ne sont pas seulement les hôpitaux qui commencent à manquer de personnel. D''autres secteurs comme la construction, le camionnage, les garderies et «même les commerces essentiels» ressentent les contrecoups de la propagation du virus. «C'est toute la société actuellement qui est fragilisée», a fait valoir le premier ministre.

 

Entre 1600 et 2100 lits

Le premier modèle de l'INESSS suggère que d'ici trois  semaines, l'occupation des lits réguliers pour les patients COVID pourrait atteindre environ 1600 lits et donc dépasser le niveau 3 établi par le ministère de la Santé. Quant aux lits de soins intensifs, le taux d'occupation pourrait atteindre près de 300 lits. 

«Les projections selon le deuxième modèle prévoient quant à elles que d'ici trois semaines, ces chiffrent s'élèveraient à environ 2100 lits réguliers et 375 lits de soins intensifs, soit au-delà des niveaux 3 et dépassant les seuils observés lors des vagues précédentes», a fait savoir l'INESSS dans son communiqué.

Devant ce tableau plutôt sombre, le premier ministre Legault a tout de même tenu à souhaiter une bonne année à tous. 

«On va tous se souhaiter qu’en 2022, il y ait plus de nouvelles joyeuses.»

François Legault, premier ministre du Québec

  

Avec la collaboration de Noovo Info