DÉCÈS JOYCE ECHAQUAN: Québec doit reconnaître le racisme systémique

Joyce Echaquan

Le gouvernement québécois doit reconnaître l'existence du racisme systémique et s'engager à l'éliminer pour prévenir d'autres décès comme celui de Joyce Echaquan. C'est la principale recommandation de la coroner Géhane Kamel dont le rapport est publié le lendemain de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation envers les Premières nations.

Dans son analyse, la coroner attribue le décès accidentel de la mère de famille de 37 ans a un œdème pulmonaire provoqué par un choc cardiogénique alors que la patiente souffrait de maladie du coeur. Géhane Kamel ajoute que Joyce Echaquan n'aurait jamais dû se trouver sans surveillance lors de son séjour à l'hôpital de Joliette en septembre 2020. Selon elle, le racisme du personnel soignant qui était à son chevet a contribué au décès.

« Force est de constater que la voie de la réconciliation est un chemin long et ardu. Des efforts sont d’autant plus nécessaires que les conclusions de cette enquête indiquent que Mme Echaquan a bel et bien été ostracisée, que son décès est directement relié aux soins obtenus lors de son hospitalisation en septembre 2020 et que sa mort aurait pu être évitée.» - extrait rapport du coroner Géhane Kamel

Joyce Echaquan a rapidement été étiquetée comme narcodépendante à son arrivée à l'hôpital sans raison apparente autre que des préjugés selon la coroner. C'est pourquoi ses appels à l'aide ont été ignorés par le personnel. Géhane Kamel est d'ailleurs convaincue que le décès controversé serait probablement tombé dans l'anonymat complet si la victime n'avait pas lancé un cri du coeur en direct sur Facebook. La vidéo virale dans laquelle on entend des propos racistes d'une infirmière et d'une préposée aux bénéficiaires a mené à leur congédiement.

 

LE CISSS DE LANAUDIÈRE BLÂMÉ

La coroner reproche plusieurs manquements au CISSS de Lanaudière à qui elle adresse la plupart de ses recommandations. Les nombreux témoignages contradictoires des employés rencontrés dans le cadre de son enquête démontrent selon Géhane Kamel une organisation sur la défensive ce qui équivaut à la définition même du racisme systémique.

Le CISSS devra déployer plus efficacement son agent de liaison de la communauté de Manawan en poste auprès des patients autochtones. Mme Kamel recommande également des activités de formation et d'inclusion sur la culture autochtone locale. Le CISSS de Lanaudière devra également revoir ses ratios infirmières patients en plus de former périodiquement son personnel sur les mesures de contention et la surveillance des patients.