Enquête sur les CHSLD : le traitement de l’information en premier plan

Un policier d'expérience de Longueuil perdra assurément son droit de pratique pour avoir volé un sac à main contenant 8500$, oublié par une dame dans un cinéma du Quartier Dix30 à Brossard en décembre 2018.

À l’enquête publique sur les décès survenus en CHSLD, ce sont le traitement et le partage d’informations qui retiennent l’attention cet avant-midi au palais de justice de Shawinigan. 

La PDG de l’Institut national de santé publique s’est notamment exprimée à l’effet que le système de traitement d’information utilisé pendant la pandémie était désuet en temps de crise, même si en temps régulier, il pouvait encore faire le travail. 

Elle a soutenu que ce système était d’ailleurs en train d’être mis à jour actuellement. 

La coroner Géhane Kamel s’est demandé pourquoi, si on savait que le système ne répondait plus à la demande depuis plusieurs années, on en parlait dans une enquête publique comme celle qui se déroule actuellement. 

Les PDG du CIUSSS de Laval et de la Montérégie ont également effectué une présentation conjointe en matinée, lors de laquelle ils ont émis plusieurs recommandations quant aux mécanismes de communications à appliquer et à améliorer en contexte de crise.  

Ces derniers ont aussi mis beaucoup d’accent sur les formations à donner en matière sanitaire, afin de mieux accompagner les installations dans leurs processus de nettoyage. 

Parmi les recommandations importantes de ces PDG, il y a aussi la création d’une équipe élite de santé, qui pourrait débarquer dans les secteurs les plus touchés du Québec et la création d’un centre national d’équipements de santé, qui permettrait de ne pas manquer de matériel le jour où la demande devient très forte. 

Les PDG se sont aussi affichés « préoccupés » par l’état de plusieurs installations à travers le Québec. 

Enfin, ces PDG ont proposé de « reconnaitre le vieillissement de la population comme une priorité nationale », ce qui mènerait selon eux à une réflexion autour des besoins des personnes âgées. 

Mauricie : Un témoignage qui était fortement attendu dans la région, c’est celui du PDG du CIUSSS Carol Fillion. Il a beaucoup insisté sur la gestion et la rétention de personnel dans sa prise de parole. Il a notamment avoué ne jamais savoir quelle proportion des 22 000 employés qu’il dirige allait se présenter au travail le matin, ce qui rendait la gestion particulièrement compliquée.

Rappelons que la semaine dernière, la protectrice du citoyen a publié un rapport dévastateur sur la gestion de la première vague de la pandémie dans ces établissements. 

Avec la collaboration de Laurence Pellerin-Patenaude - journaliste Noovo Info