Été difficile appréhendé à l'hôpital de Gatineau

L'agente syndicale, Karine D'Auteuil, affirme que le manque de personnel est dû principalement à l'épuisement lié à la surcharge de travail.

L'été s'annonce difficile à l'Hôpital de Gatineau.

Le Syndicat des professionnelles en soins de l'Outaouais craint des bris de service dans les prochains mois, en raison d'une importante pénurie d'infirmières.  

L'agente syndicale et trésorière, Karine D'Auteuil, affirme que le manque de personnel est dû principalement à l'épuisement lié à la surcharge de travail. Selon elle, plusieurs unités de soins sont touchés dont l'unité au 7e Nord où les patients séjournent après une chirurgie, seulement neuf des 29 postes sont pourvus, c'est moins de 40% des postes de comblés.

L'urgence, la porte d'entrée de l'hôpital n'est pas en reste. Madame D'Auteuil affirme qu'il y a un manque accru d'expertise. 

«On manque d'expertise à l'urgence, l'expertise c'est le choc et le triage. Ce ne sont pas toutes les infirmières qui sont formées, nous avons de nouvelles infirmières qui ne sont pas encore expertes. Ça cause un bris de service en ce sens que nous n'aurons pas assez d'infirmières pour couvrir le choc et le triage.

Les employés entrent et ne savent pas quand ils vont partir. Je pense aux jeunes papas et aux jeunes mamans qui commencent à 8h00. Tu ne sais pas si à 16h00 tu vas être capable d'aller chercher ton enfant à l'école. La nuit les employés doivent terminer leur quart de travail à 8h00 le matin sauf qu'ils sont obligés de rester jusqu'à midi. Nuit, jour c'est inhumain».

-Karine D'Auteuil, trésorière et agente syndicale, Syndicat des professionlles en soins de l'Outaouais

Le Syndicat craint d'autres départs, notamment en raison de l'arrêté ministériel qui permet à l'hôpital de Gatineau et au centre hospitalier de Hull, d'imposer à ses infirmières un horaire à temps complet.  

Du côté du CISSS de l'Outaouais

La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Fillion, reconnait qu'il y eu de nombreux départs à l’Hôpital de Gatineau. Selon la PDG, ces départs sont en partie attribuables à la période d’affichage de postes présentement en cours, ce qui crée un jeu de chaise musicale.

«C’est certain qu’il y a des défis de couverture, donc les directeurs sont à regarder des stratégies pour assurer une couverture et assurer une offre de service à la population».

- Josée Fillion, p.d.g. CISSS Outaouais