EXCLUSIF : Un examen de français en ligne pour l’obtention du DEC

Pour la première fois de l’histoire, l’épreuve uniforme de français, langues d’enseignement et littérature sera réalisée en ligne. Cet examen nécessaire à l’obtention du diplôme d’études collégiales a été annulé à deux reprises au cours de la dernière année en raison de la pandémie de COVID-19.

Pour la première fois de l’histoire, l’épreuve uniforme de français, langue d’enseignement et littérature sera réalisée en ligne a appris Noovo Info. Cet examen obligatoire à l’obtention du Diplôme d’études collégiales a été annulé à deux reprises au cours de la dernière année en raison de la pandémie de COVID-19.

Dans le contexte actuel, il était impensable de réunir des milliers de personnes dans des salles pour tenir cet examen admet Bernard Tremblay, président-directeur général de la Fédération des cégeps. «Du côté du ministère, il y avait une volonté ferme de ne pas annuler l’épreuve de nouveau (….) Il n’y avait pas d’alternative» précise M. Tremblay.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, considère qu'il s'agit d'un bon compromis dans le contexte de la crise sanitaire:

« Je pense que c'est un signal que malgré la pandémie, on a trouvé le moyen de faire en sorte qu'on vérifie la qualité du français de nos étudiants. (...) On a trouvé une façon adaptée au contexte de la pandémie qui n'est pas parfaite, mais qui est beaucoup mieux que de ne rien faire. »

- Danielle McCann, ministre de l'Enseignement supérieur

L’épreuve en ligne se tiendra le 19 et 21 mai prochain. Les 21 000 étudiants qui doivent y participer auront 4h30 pour rédiger une dissertation critique à partir de textes littéraires. Contrairement aux années antérieures, ils auront le droit d’utiliser un logiciel d’aide à la révision et à la correction (Antidote). «Ce sera plus juste pour tout le monde», affirme Bernard Tremblay. 

De la tricherie ?

Cette nouvelle méthode d’évaluation suscite l’inquiétude, voire de l’indignation chez plusieurs profs : «C’est aberrant. Les enseignants ont la responsabilité de valider l’authenticité des rédactions. Le Ministère, lui, ne fait aucun effort pour s’assurer que l’étudiant est véritablement l’auteur de son texte», affirme une prof qui a réclamé l’anonymat.

« Tant qu’à avoir une évaluation qui est aussi peu valide, le Ministère serait aussi bien d’exempter les étudiants. Ce serait plus honnête »

Pour repérer les tricheurs, des logiciels de détection du plagiat de type Compilatio seront utilisés afin de repérer des textes ou des portions de textes déjà rédigés et qui pourraient être repiqués du web.

«De façon assez importante, on va pouvoir s'atteler à faire en sorte que ça a été fait dans les règles de l'art.» assure la ministre Danielle McCann.

Aussi, chaque étudiant devra s’engager sur l’honneur qu'il est bel et bien l'auteur du texte présenté. 

«Les sujets de rédaction seront jumelés et distribués aux étudiants de façon aléatoire, de manière à réduire les risques de plagiat et les textes proposés ne font pas l’objet d’analyses publiées sur le Web » précise Bryan Saint-Louis, responsable des communications au Ministère de l’Enseignement supérieur.

Les fautifs se verront attribuer la mention « Échec » et s’ils veulent obtenir leur diplôme, ils devront repasser l’examen.

Taux global de réussite à l'épreuve uniforme de français au collégial

2018-2019 : 83.3%

2017-2018 : 84.8%

2016-2017 : 82.9%

2015-2016 : 82.7%

En cas d’incidents techniques le jour de l’épreuve uniforme, le ministère veillera à planifier une passation de reprise au besoin.

Des locaux seront mis à la disposition des élèves qui préfèreront passer l’épreuve en présence, soit pour la tranquillité des lieux, soit pour avoir accès à internet ou à des postes informatiques.

C’est ce qu’a fait savoir la chef de service, Chantale Dumont, du ministère de l’Enseignement supérieur, dans une note de service envoyée aux différents intervenants du milieu collégial mardi dernier, et dont Noovo Info a obtenu copie.

Dès aujourd’hui, les étudiants auront accès à une plateforme de familiarisation en prévision de la passation de l’examen.