Explosion à Saint-Roch-de-L’Achigan: trois personnes manquent toujours à l'appel


Éloïse Cossette de la Sûreté du Québec lors d'un point de presse vendredi le 13 janvier.  (Capture d'écran | Noovo Info )

Au moins trois personnes sont toujours recherchées après l'explosion dans un commerce de propane à Saint-Roch-de-L’Achigan, a confirmé vendredi la Sûreté du Québec (SQ) par l'entremise de sa porte-parole Éloïse Cossette.

Présent sur place, le ministre de la Sécurité publique, François Bonnardel, a mentionné qu'il s'agissait d'une «tragédie incommensurable» et a assuré que le gouvernement viendra en aide aux citoyens de la petite municipalité de 5000 personnes. 

Le maire Sébastien Marcil, visiblement ému, a remercié la population pour son appui et a dit avoir rencontré la famille Lafortune.

La SQ a fait savoir qu'au moins trois employés de l'entreprise manquent toujours à l'appel. Les familles ont été avisées et continuent d'être informées des développements.

Voyez le reportage de Véronique Dubé sur cet incident dans la vidéo:

 

Les techniciens en scène d'incendie vont continuer leurs recherches aujourd'hui. «C'est un travail complexe. C'est une scène très grande, il y a eu une explosion et des débris se sont accumulés les uns sur les autres», a expliqué la SQ. La neige complique aussi le travail des spécialistes. 

Il n'y a aucun élément criminel ou suspect, a assuré Mme Cossette et il n'y a plus de  risque pour la population. 

Le travail de recherche pourrait durer plusieurs jours. 

Une des personnes manquant à l'appel est Céline Pilon. Sa cousine, Line Pilon, a offert ses sympathies dans une publication sur Facebook, jeudi: «J’ai vécu les 30 premières années de ma vie à St-Roch et j’ai été élevée avec mes cousins et ma cousine qui habitaient le logement d’à côté. On jouait dans la même cour et mes souvenirs de Céline, ce sont ses magnifiques cheveux longs, sa taille fine et ce sourire… Elle était tellement belle», a-t-elle écrit.

Un témoin roulait près de l’usine quand il a entendu l’explosion. Il dit avoir vu le toit du bâtiment tomber sur une femme. «Elle criait; on a essayé de la sortir et le toit lui a tombé dessus», a-t-il relaté à Noovo Info jeudi.

Une cinquantaine de pompiers ont été dépêchés sur place après la déflagration. Les pompiers locaux ont été assistés par des pompiers de Repentigny, Rawdon, Sainte-Julienne et Saint-Lin-Laurentides.

Les circonstances de l’incendie n’ont pas encore été élucidées. Le dossier pourrait être transféré à la SQ si des décès étaient constatés sur place.

Un véhicule du Bureau du coroner était sur les lieux après l'événement. Le Bureau du coroner a pour mission de rechercher les causes probables et les circonstances des décès obscurs, violents ou survenus par suite de négligence.

La CNESST a également dépêché des agents sur place pour commencer une enquête en lien avec les événements.

À VOIR ÉGALEMENT | «Saint-Roch frappée en plein coeur»: le maire émotif après l'explosion

 

Dans un message publié sur son site internet, la famille Lafortune soutient suivre la situation de près et se dit «profondément bouleversée». 

«C'est la première fois en 60 ans que notre entreprise vit une telle épreuve», peut-on lire. «Nous sommes de tout cœur avec nos employés, leurs familles et tous ceux qui pourraient être touchés par cette situation difficile», ajoute-t-on.