Frénésie pour le nouveau soulier Nike «bagel» à Montréal


(Sarah Dehaies/CJAD 800)

Les Montréalais aiment vraiment leurs bagels – et les chaussures – apparemment.

Plusieurs dizaines d'amateurs de souliers ont fait la file dans une tempête de neige vendredi matin juste pour mettre la main sur la dernière création de Nike inspirée de l'icône montréalaise: le bagel.

La boutique Off the Hook a lancé une prévente avant la sortie officielle le 17 janvier prochain. 

Campant sur les trottoirs enneigés, certains avec parasols et chaises pliantes, des dizaines de personnes étaient présentes sur la rue Sainte-Catherine au centre-ville de Montréal pour avoir un accès à la chaussure Nike avec des motifs de graines de sésame et d'une touche de bleu.

Notre journaliste Étienne Fortin-Gauthier est allé enquêter sur la passion qui animait ces amoureux de souliers.

«C’est le hustle. On essaie tous d’être riches un petit peu. Peut-être que la paire va doubler de prix et que je vais faire 160$ en 12 heures», a mentionné l'un d'entre eux.

Un jeune homme a passé la nuit à faire la file avait quant à lui d'autres motivations. «Mon petit frère est malade. Il aime beaucoup les souliers. J’ai décidé de faire la file, c’est une surprise», a-t-il expliqué.

Le gestionnaire de communauté chez Off the Hook Théodore Wong mentionne qu'il est rare que Nike rende hommage à des villes de cette façon. «La dernière fois que ça a été fait, c’est en 2005», souligne-t-il.

«Montréal tatouée sur le coeur»

Pour réaliser l'habillage de la boîte des souliers, Nike a fait appel à un illustrateur québécois, Felipe Arriagada, alias Chienchampion. Celui qui a travaillé près d'un an sur le projet a voulu représenter des scènes uniques de la métropole sur l'emballage. Et il ne cache pas son affection pour la ville. 

«Je suis né à Montréal, j’ai Montréal tatoué sur le cœur. De pouvoir faire un projet comme ça et de pouvoir mettre Montréal sur la carte, c’est vraiment l’fun», a-t-il lancé.

Le Montreal Bagel Nike Dunk Low se vend 120 $.

Avec des informations de Joe Lofaro, CTV News.