GARDERIES: Québec double le financement pour des places en milieu familial

Garderie

Québec sort son chéquier pour réduire la pénurie de places en garderie en doublant ses investissements à 200 millions de dollars sur 5 ans pour les centres en milieu familial. De l'aide financière est prévue pour l'ouverture de nouveaux espaces et l'embauche de personnel.

Le nombre de garderies en milieu familial est passé de 15 607 en 2014 à 11 121, cette année. C'est l'équivalent de 4 000 places en moins qui disparaissent chaque année. 

« C'est comme si on avait l'équivalent d'une grosse garderie par semaine qui ferme ses portes depuis 364 semaines. Ça vous donne toute l'ampleur de la perte de places qu'on subit déjà depuis 2014-2015. C'est majeur. » - Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Pour mettre fin à l'hémorragie, le ministère déploie trois incitatifs financiers pour inverser la tendance. 3 500$ seront offerts pour la création d'un service de garde à la maison. À cela s'ajoute 3 000$ d'aide annuelle sur deux ans pour les garderies d'au moins 6 places. Un soutien financier maximum de 6 000$ est aussi prévu pour les centres disposants de 9 places. 

« Je veux dire aux milliers de femmes qui reçoivent des enfants à la maison:  je vous ai entendu.» - Mathieu Lacombe, ministre de la Famille

Des allégements administratifs sont aussi prévus pour faciliter la tâche des propriétaires de garderies à la maison. Les syndicats sont satisfaits de l'annonce alors que plus de 50 000 enfants sont toujours en attente d'une place en garderie.

« L'annonce d'aujourd'hui est une grande avancée pour les intervenantes en milieu familial. (...) C'est un grand pas pour recruter de nouvelles intervenantes, mais c'est aussi une reconnaissance pour toutes celles qui se dévouent chaque jour au développement de nos tout-petits depuis de nombreuses années. » - Valérie Grenon, présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec
 

 

UN PAS DANS LA BONNE DIRECTION

L'annonce est également reçue d'un bon oeil par le mouvement #MaPlaceAuTravail qui milite pour de nouvelles places en garderie. Elle n'est cependant pas suffisante pour régler le problème criant de l'accès aux services de garde sur l'ensemble du Québec. 

Le mouvement demande une aide financière du gouvernement Legault pour compenser les pertes de revenu des mères qui doivent rester à la maison. 

«Présentement des mères monoparentales vivent avec rien du tout, des allocations ou de l'aide familiale alors qu'elles faisaient des salaires de 60 000$ à 70 000$ par année. C'est épouvantable.» -  Myriam Lapointe-Gagnon, porte-parole #MaPlaceAuTravail

Mme Gagnon et plusieurs autres mamans ont manifesté devant l'Assemblée nationale, à Québec, ce matin. Elles demandent au gouvernement Legault de dépenser la totalité des sommes promises par Ottawa pour la création d'un programme national de garderie dans l'aménagement de nouvelles places.