La morveuse de la Montérégie a été arrêtée

gyrophare

La morveuse de Ste-Catherine en Montérégie fait face à des accusations de méfait et harcèlement.

La femme de 68 ans a été arrêtée hier en fin de journée, un mois après avoir étendu ses sécrétions nasales avec ses mains sur les rampes d’escaliers de l'immeuble à logements dans lequel elle demeure. Une vidéo des caméras de surveillance de l'immeuble avait abondamment circulé sur le web. L'histoire avait soulevé dégoût et consternation à travers le Québec.

La morveuse avait été dénoncée à la police par d'autres locataires de l'immeuble, mais la femme n'avait reçu qu'un avertissement dans les jours suivants. Des policiers de la Régie intermunicipale Roussillon se sont finalement rendus chez elle hier pour l'interroger, au terme de leur enquête.

Ce qu'il faut retenir, je crois, c'est que souiller un objet avec ses fluides corporels c'est un geste qui est grave et ce n'est pas sans conséquence, particulièrement dans un contexte de pandémie. - François Michaud, agent aux relations communautaires et médiatiques

La morveuse a été remise en liberté sous promesse de comparaître le 23 juillet prochain au Palais de justice de Longueuil.

D'autres cas indécents

Dans les dernières semaines, d'autres actions indécentes de citoyens ont été dénoncées et déplorées sur les réseaux sociaux, dont un jeune homme de 20 ans qui s'est fait prendre à Québec pour avoir toussé délibérément sur un terminal de paiement et une femme de 23 ans qui a craché au visage d'une personne dans un dépanneur, toujours à Québec.

Depuis le début du mois d'avril, les policiers peuvent remettre des constats d’infraction salés sur-le-champ aux gens qui ne respectent pas les interdits de rassemblements ou les mesures de distanciation.