Le port du masque obligatoire lors des activités extérieures à deux

masque dehors

Le port du masque est désormais obligatoire à l'extérieur, dès que deux personnes ou plus qui n’habitent pas à la même adresse font une activité ensemble. La multiplication des variants justifie que la santé publique ressent le besoin de durcir le ton.

Jusqu'ici, le couvre-visage devait être porté par les groupes de trois personnes ou plus ne faisant pas partie de la même bulle familiale. Le ministère de la Santé a revu sa directive sur son site web mardi:

« Le port du couvre-visage est obligatoire en tout temps pour les groupes de deux personnes et plus qui ne résident pas à la même adresse, et ce pour la durée complète de l’activité, sauf si les personnes sont assises à 2 mètres les unes des autres ou qu’elles pratiquent la baignade ou des sports nautiques. Une distance de deux mètres doit être respectée en tout temps entre les personnes qui ne résident pas à la même adresse. (...) Le port du couvre-visage n’est pas obligatoire chez les enfants de moins de 10 ans autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. » 

Il est donc permis de retirer le masque lors d'un pique-nique au parc, à condition de respecter la distanciation physique et le nombre maximal de huit personnes en zone rouge ou de 12 personnes en zone orange.

Un couple qui n'habite pas dans la même maison devra toutefois porter le couvre-visage à l'extérieur, même s'ils ont des rapprochements à l'intérieur.

Cela signifie aussi que les golfeurs ou les joueurs de tennis devront porter le masque en tout temps durant leur partie.

La santé publique admet qu'il peut y avoir certaines incohérences, mais que la dangerosité des variants justifie sa recommandation:

« L'objectif qu'on a principalement, ce n'est pas d'écoeurer les gens, c'est de les protéger. On voit des cas chez des plus jeunes. Les gens peuvent se retrouver rapidement aux soins intensifs. Dans ce contexte, on considère que le préjudice de porter un masque versus la protection que ça peut apporter vaut la peine d'être fait.»

- Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique 

Retour à la normalité retardé

Plus de deux millions de Québécois ont reçu une première dose de vaccin. Malgré tout, ce n'est pas demain la veille que la population pourra retrouver une certaine normalité. 

Le premier ministre avait pourtant évoqué il y a quelques semaines un certain relâchement des mesures sanitaires une fois que tous les 65 ans et plus seraient vaccinés. Il prévient maintenant qu'il ne faut pas s'attendre à un déconfinement avant le 24 juin.

«Le portrait a beaucoup changé chez les plus jeunes. Il y a beaucoup plus de jeunes qui sont hospitalisés. (...) Tant que l'année scolaire n'est pas finie, donc autour du 24 juin, il va y avoir de la contagion dans les écoles qui va affecter les gens qui habitent avec ces enfants là.(...) On a deux gros mois devant nous. »

- François Legault, premier ministre du Québec

Québec a d'ailleurs prolongé les mesures d'urgence dans les régions de Québec, Chaudière-Appalaches et en Outaouais. Montréal et Laval demeurent sous haute surveillance.

À partir de mercredi, les gens souffrant d'une maladie chronique et les travailleurs essentiels de partout au Québec pourront prendre leur rendez-vous pour être vaccinés. Ils devraient tous avoir reçu leur première dose d'ici le 31 mai.

Christian Dubé n'est pas inquiet d'une éventuelle mise sur pause du sérum de Johnson & Johnson. Le ministre de la Santé explique qu'il n'est pas inclus dans la livraison de 4 millions de vaccins attendue au Québec en juin prochain.