Les camps de jours pourraient ne pas rouvrir cet été

Camps de jour

Des milliers de parents pourraient se retrouver avec tout un casse-tête cet été. L'Association des camps du Québec menace de garder ses sites fermés si elle n'obtient pas d'aide financière rapidement du gouvernement Legault.

Dans une lettre ouverte publiée ce matin, elle donne un ultimatum de 72h au premier ministre François Legault. L'association a besoin d'une aide minimale de 11 millions de dollars afin d'assurer la sécurité des enfants. L'argent servirait à l'embauche de moniteurs pour les nouveaux ratios, la location de locaux, et l'achat de matériel de protection. La réouverture des camps doit avoir lieu le 22 juin prochain.

"Ce n'est pas une menace (...) On est juste inquiet. On ne peut pas opérer dans un contexte qui ne serait pas sécuritaire comme on l'a défini avec la direction de la santé publique. On veut être au rendez-vous, mais on a besoin qu'on nous donne les moyens de remplir la promesse d'être là le 22 juin."  - Éric Beauchemin, dg Association des camps du Québec

D'après un sondage interne, 71% des camps de jour ne seraient pas en mesure d'ouvrir de manière sécuritaire cet été sans fonds supplémentaire. De ce nombre, un sur trois serait menacé de faillite s'ils doivent rester fermés.

En temps normal, la formation des moniteurs commence à partir du long congé de la Fête des Patriotes. 

"Sans la confirmation d'un tel soutien d'ici la fin de la semaine, l'ACQ sera dans l'obligation d'émettre une directive à ses membres leur demandant de ne pas ouvrir leurs portes cet été, car ils ne seront pas en mesure d'offrir un service sécuritaire aux enfants du Québec." Steven Grenier, président Association des camps du Québec  

Plusieurs organisations devront carrément doubler le nombre d'employés, puisqu’un maximum de 10 jeunes seront permis pour un moniteur. Le ratio atteint même un moniteur pour 4 enfants chez les 3 à 4 ans d'après l'annonce du gouvernement Legault de jeudi dernier.

 

Québec présent pour les municipalités

Questionnée mercredi avant-midi par ses adversaires politiques, la ministre des Affaires municipales Andrée Laforest a répondu que le gouvernement appuie les municipalités. Elle ne s'est toutefois pas mouillée concernant les camps de jour privés. :

« Avec les municipalités, nous étions là et nous serons là. Oui on va les financer. À quelle hauteur et quelle clientèle pourra venir ? On va décider ça rapidement, comme on le fait toujours avec les municipalités. » 

Selon la ministre, 85 % des camps de jour municipaux vont ouvrir cet été. Environ 75 000 jeunes fréquentent les camps de jours chaque année.