Longueuil : une chasse contrôlée des cerfs cet automne

La mairesse, Catherine Fournier, évoque l’importance de protéger l’équilibre écologique de l’endroit, malgré la poursuite intentée par Me Anne-France Goldwater. (Jacques Boissinot | La Presse canadienne)

Longueuil compte toujours gérer la surpopulation des cerfs de Virginie à court terme. Le moyen: la chasse dans le parc Michel-Chartrand.

Elle serait cependant contrôlée, sous supervision du Service de police de l'agglomération de Longueuil et sans armes à feu. Un permis sera demandé au gouvernement du Québec.

La chasse à l'arbalète est déjà permise dans le boisé Du Tremblay,  situé à proximité.

Au moins 108 cerfs habitent le parc selon le dernier recensement. Un nombre conservateur considérant qu'il date d'avant la période de reproduction du printemps. Mais c'’est plus de 10 fois la capacité d’accueil de cet écosystème, alors que le cheptel grossit de façon exponentiel.

À pareil date, l'an dernier, il comptait un peu plus de 70 têtes. 

La mairesse, Catherine Fournier, évoque l’importance de protéger l’équilibre écologique de l’endroit, malgré la poursuite intentée par Me Anne-France Goldwater.

« Sans une diminution rapide de la surpopulation de cerfs, nos actions planifiées pour régénérer la forêt urbaine et rétablir l’équilibre écologique de ce joyau naturel au cœur de notre ville seront vouées à l’échec. » - Caterine Fournier, mairesse de Longueuil

La Ville a l'intention de demander la collaboration de la population pour s'assurer que l'opération se fasse en toute sécurité. 

Prochaines étapes

Les plan complet d’intervention sera connu au début de l’automne. Les détails seront alors dévoilés quant aux séances de chasses permises, la fréquence, le nombre de chasseurs autorisés et répartis sur le site, le mode de chasse, les fermetures ponctuelles du parc ainsi que le déploiement des mesures de sécurité.

La valorisation de la viande et la distribution à une banque alimentaire sont toujours prévues.

Un comité technique a été récemment mis sur pied et une entente avec un coordonnateur de chasse ainsi qu'une équipe expérimentée de chasseurs spécialisés est aussi en planification. D’autres étapes sont à prévoir, comme une révision règlementaire. 

Problème pour le voisinage

La population de cerfs est un problème pour le voisinage. Ils présentent un risque pour les automobilistes. Les bêtes sont d'ailleurs la cause de quelques accidents.

De plus, ces animaux peuvent propager les tiques, porteuses de la maladie de Lyme.