Montréal s'attaque au phénomène des locaux vacants

Locaux vacants-3

Montréal s'attaque au phénomène des locaux vacants sur de nombreuses artères commerciales, dont les rues St-Denis et St-Laurent.

La Commission sur le développement économique et urbain et l’habitation se penchera sur d'éventuelles solutions de septembre à novembre. Ses consultations publiques seront ensuite menées dès janvier 2020. Les commerçants et la population seront invités à y participer.

La mairesse souhaite «redynamiser ce secteur névralgique de l’économie de Montréal».

« Les artères commerciales jouent un rôle fondamental dans la vitalité des quartiers et dans le développement économique de la métropole. Elles sont au coeur des préoccupations de notre administration. » -La mairesse de Montréal, Valérie Plante

Les taux des commerces vides se situent entre 10 % et 15 %, selon la Ville. Plusieurs éléments peuvent expliquer ce phénomène, notamment la hausse des loyers, la spéculation immobilière, l’adéquation entre l’offre et la demande commerciale et l’essor du commerce électronique.

« Ces espaces vacants ont un impact sur la vitalité des artères, sur l’image de Montréal comme destination commerciale régionale et sur la qualité de vie dans les quartiers. » -La mairesse, Valérie Plante

L'an dernier, la Ville de Montréal a mis en place plusieurs mesures pour soutenir le commerce, dont un programme d’aide financière dédié aux commerces sur des artères en chantier.

Les taux des commerces vides se situent entre 10 % et 15 %, selon la Ville.

Les taux des commerces vides se situent entre 10 % et 15 %, selon la Ville. - Shuyee Lee - Journaliste Bell Média

On retrouve plusieurs commerces placardés notamment sur les rues St-Denis et St-Laurent. - Shuyee Lee - Journaliste Bell Média

Shuyee Lee - Journaliste Bell Média