Moyens de pression dans les garderies en milieu familial dès le 31 janvier

Garderie

Les 160 000 familles dont les enfants fréquentent des garderies en milieu familial, syndiquées à la CSQ, devront conjuguer avec des moyens de pression à compter du 31 janvier. Les établissements ouvriront 15 minutes plus tard, chaque vendredi.

Ce délai s'additionnera durant 8 semaines, jusqu'à une ouverture 2 heures plus tard que l'heure normale.

Les 160 000 familles dont les enfants fréquentent des garderies en milieu familial subventionné devront conjuguer avec des moyens de pression à compter du 31 janvier. Les établissements ouvriront 15 minutes plus tard, chaque vendredi. Ce délai s'additionnera durant 8 semaines, jusqu'à une ouverture 2 heures plus tard que l'heure normale.

FIPEQ-CSQ

Une journée complète et une demi-journée de grève pourraient aussi s'ajouter.

Les 10 000 membres de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) ont voté à 96,3% en faveur de ces moyens de pression. Ces votes se sont déroulés du 6 au 14 janvier.

Les intervenantes réclament un salaire de 16,75$ l'heure. En décembre, la FIPEQ-CSQ soutenait que le gouvernement offrait un salaire horaire de 12,48$ pour la première année de la convention collective.

« Une responsable gagne environ 12,42$ l'heure. On sait que le salaire minimum augmente à 13,10$ au mois de mai. Souvent, la responsable a une assistante qu'elle doit payer plus qu'elle ne se garde de salaire elle-même.»

- Julie St-Arnaud, présidente Alliance des intervenantes en milieu familial du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Les responsables souhaitent aussi profiter de ressources financières additionnelles pour évaluer périodiquement les enfants. Les discussions avec le gouvernement sont toujours en cours.

La FIPEQ-CSQ estime que sa stratégie minimise les impacts sur les parents tout en maximisant la pression sur le gouvernement. Mme St-Arnaud soutient que 75 % des parents sont sensibles à la cause des intervenantes et les appuient.

La Fédération invite d'ailleurs les parents à signer un manifeste en faveur des responsables en petite enfance et à envoyer un courriel à leur député.

Avec la collaboration de Caroline Labrie, journaliste Bell Média