Parents et éducatrices manifestent pour plus de places en garderie

garderie

Plusieurs manifestations ont lieu simultanément dans une dizaine de villes de la province aujourd’hui afin de dénoncer le manque de place en garderie et demander de meilleures conditions de travail pour les éducatrices et éducateurs.

Les participants à ce sit-in familial se sont donné rendez-vous à Québec, Montréal, Sept-Îles, Rimouski, Rivière-du-Loup, Saguenay, Trois-Rivières, Val-d’Or et Sherbrooke.

La manifestation pacifique a été initiée par Ma place au travail et Valorisons ma profession, deux mouvements lancés sur les réseaux sociaux en réponse à la pénurie des places en garderie au Québec, à la défaillance du guichet d’accès unique La Place 0-5 et souhaitant valoriser la profession des éducatrices et des éducateurs à l’enfance.

Marilyne Tremblay de Saguenay fait partie des manifestants. La mère de deux enfants a vu sa garderie fermer en décembre dernier. Elle a réussi à trouver uniquement une place à temps partiel pour sa fille, mais rien pour son garçon.

« Leur désir [aux éducatrices et éducateurs] serait que tous les enfants aient une place de garde. On le voit à la tristesse dans leur voix quand ils me répondent que non, malheureusement, il n’y a pas de place et que c’est en 2023 qu’il y aura enfin une nouvelle place. »

- Marilyne Tremblay

Des places annoncées

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, affirmait jeudi que 22 000 nouvelles places en service de garde seraient créées prochainement, sans toutefois donner d’échéancier précis.

Ces places s’ajoutent au 15 000 déjà annoncées par le gouvernement provincial, mais desquelles seulement 2 500 ont été créées, selon La Presse.

 

Avec la collaboration de Laurence Pellerin-Patenaude et Carolyne Labrie, journalistes Noovo Info