PHOTOS Crue des eaux un peu partout au Québec: le pire est passé

Les policiers, pompiers et la sécurité civile de Québec ont aidé à l'évacuation de résidents le 25 décembre.

Le redoux exceptionnel et les pluies torrentielles qu'on a connues hier pour Noël un peu partout dans la province ont fait gonfler les cours d'eau, surtout dans la région de la Capitale-Nationale. Plusieurs sont sortis de leur lit, inondant rues et résidences. Heureusement, le mercure a chuté pendant la nuit, ce qui laisse croire que le pire est passé.

 

Le niveau des rivières se stabilise un peu partout en province. Une décrue des cours d'eau est donc attendue au courant de la journée. La Capitale-Nationale a été la région la plus touchée.
Quelque 260 personnes ont été évacuées le jour de Noël.

De ce nombre, 210 sont des résidents de l'ile Enchanteresse, à Sainte-Brigitte-de-Laval, située à une dizaine de kilomètres de la célèbre chute Montmorency. La Ville a même décrété vendredi l'état d'urgence locale pour 48 heures alors que la rivière Montmorency menaçait de sortir de son lit, ce qu'elle a fait.

L'hélicoptère de la Sûreté du Québec a été déployé pour aider aux évacuations. Ceux qui n'avaient pas d'autres options ont été pris en charge par la Croix-Rouge et relocalisés à l'hôtel jusqu'à ce qu'ils puissent réintégrer leur logement.

Le pire est passé, mais la situation va se rétablir doucement. Par ailleurs, ce genre de redoux en plein mois de décembre n'est pas si inhabituel qu'on pourrait le croire.

« Les niveaux de la plupart des rivières dans la région de Québec sont à la baisse. Il y a seulement la Saint-Charles qui est toujours à la hausse, étant donné qu'il y a beaucoup d'eau dans le lac qui se vide dans la rivière. Le niveau devrait rester haut jusqu'à environ 18 heures, même jusqu'à 21 heures avant de commencer à rebaisser. [...] On a toujours des redoux en décembre, des fois c'est en janvier. Des fois, ça passe un peu inaperçu parce que ça ne cause pas beaucoup de dommages et que ça impacte un peu moins de population. Mais ce n'est pas inhabituel, ça arrive souvent.​»

- Éric Drolet, directeur régional du ministère de la Sécurité publique pour la Capitale-Nationale–Chaudière-Appalaches–Nunavik

Samedi avant-midi, la Ville de Sainte-Brigitte-de-Laval informait les sinistrés de l'île Enchanteresse qu'ils pourraient aller constater les dégâts afin de voir s'il était sécuritaire de remettre en service l'électricité afin qu'ils puissent retourner chez eux.

Une trentaine de personnes dans la Ville de Québec même ont aussi été évacuées, tout comme une vingtaine à Saint-Raymond-de-Portneuf et cinq à Lac-Beauport. Il était impossible de mettre en place des centres pour sinistrés en raison de la COVID-19. La plupart devraient pouvoir rentrer chez eux dans les prochaines heures, selon l'ampleur des dommages.

Le bilan des dégâts sera fait plus tard, alors que les riverains ne sont pas au bout de leurs peines. La Sécurité civile les encourage d'ailleurs à demeurer vigilants.

« Les niveaux sont encore très hauts, la force du courant est présente, la décrue va se faire tranquillement, ça va dépendre de la grandeur du bassin. Il y a toujours des risques de glissements de terrain, de structures qui ont été affaiblies par la crue des eaux. Les riverains devraient être aux aguets et suivre les directives de leurs autorités municipales. »

- Steve Boivin, conseiller émérite à la Sécurité civile

RECORDS DE CHALEUR UN 25 DÉCEMBRE

Des records de chaleur ont été battus pour Noël à plusieurs endroits dans la province. C'est le cas notamment à Montréal, où un impressionnant 13,6 degrés a été enregistré hier matin.

Des températures inégalées ont aussi été fracassées à Trois-Rivières avec 12,1 degrés, ainsi qu'en Montérégie à 14,3 degrés. C'est aussi le cas à Drummondville, à Québec, au Saguenay et dans le Bas-Saint-Laurent.

En général, on parle d'environ un à deux degrés de plus que les précédents records, qui dataient pour plusieurs de 1964.

Un front froid est arrivé sur la province, faisant chuter les températures sous zéro la nuit dernière. Cette baisse du mercure rend les routes plus dangereuses et glissantes en raison des flaques d'eau qui gèlent, un peu partout sur le réseau routier.

Un autre système avec un secteur chaud doit arriver vers la fin de la semaine, ce qui peut laisser croire que d'autres inondations pourraient survenir.

« C'est un système qui vient du Colorado, avec plusieurs types de précipitations. On pourrait avoir de la pluie pour le sud de la province assurément, le centre, ça reste à déterminer. Il va sûrement y avoir une zone de verglas dans la transition neige-pluie. »

- Dominic Martel, météorologue à Environnement Canada

Les quantités de pluie ne devraient pas être aussi importantes qu'au cours des dernières heures et il de devrait pas faire aussi chaud non plus.