Pistes cyclables: L'Ombudsman de Montréal déclenche une enquête

Vélo - Istock BrianAJackson

L'Ombudsman de Montréal déclenche une enquête sur le réaménagement urbain de l'administration Plante.

L'organisme affirme avoir reçu plusieurs plaintes de citoyens concernant la mise en place des corridors sanitaires et des 327 km de nouvelles pistes cyclables, depuis le début de la pandémie.

La majorité concerne le réaménagement sur l’avenue Christophe-Colomb ainsi que sur les rues Beaubien, Bellechasse, Saint-Zotique et Rachel.

L'enquête concerne notamment des enjeux d'accessibilité universelle. 

«Nous avons regroupé toutes ces plaintes et les traitons ensemble, en nous assurant de couvrir tous les aspects contestés. Notre bureau continue également de suivre la situation de près.»

L'Ombudsman avait fait part de ses préoccupations à la Ville le 20 dernier, avant le début des travaux. L'Avis de préoccupation rappelait plusieurs principes à respecter lors de l’élaboration et de la mise en œuvre des réaménagements urbains.

Principalement : 

  • Assurer l’accessibilité universelle des nouveaux aménagements pour les personnes à mobilité réduite, les personnes sourdes ou malentendantes, les personnes aveugles ou malvoyantes et celles qui ont des limitations intellectuelles; 
  • Veiller à ce que les nouveaux aménagements soient sécuritaires pour tous les usagers; 
  • Ne pas priver les résidents du secteur de l’accès à leurs stationnements privés; 
  • Assurer un accès adéquat pour les véhicules d’urgence et les camions de livraison; 
  • Prévoir des zones alternatives de stationnement;
  • Informer adéquatement les citoyens et commerces impactés par ces réaménagements, notamment par l’envoi d’avis préalables; 
  • Consulter les citoyens et les commerçants concernés et tenir compte de leurs commentaires; 
  • Adapter la signalisation. 

L'opposition à l'Hotel de Ville de Montréal dénonçait cette semaine une improvisation totale de la part de l'administration Plante pour ce projet.

Ensemble Montréal demande à l'administration Plante d'entreprendre immédiatement des consultations sur les tracés en cours et ceux à venir. Le parti souhaite que ces aménagements soient temporaires et retirés d'ici septembre.

«Aujourd'hui, c'est un dur coup pour ce plan là, c'est un dur coup pour Valérie Plante et son administration, justement parce qu'elle est rappelée à l'ordre. Elle a complètement décidé d'abdiquer sur n'importe quel processus de consultation.»

-Francesco Miele, leader adjoint de l'opposition à l'Hôtel de Ville de Montréal