Plus de 300 classes sans prof à Montréal et Laval

élèves

La pénurie de professeurs au Québec est essentiellement concentrée à Montréal et Laval. À la rentrée, il manquait 304 enseignants à temps plein dans ces deux régions pour un total de 360 postes à combler dans l'ensemble de la province.

C'est donc 84% des classes sans prof attitré qui se retrouvaient dans le Grand Montréal, en date du 1er septembre.

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, explique le phénomène par un boom démographique et une concentration de l'immigration dans la métropole. Il ajoute que des enseignants ont peut-être choisi d'aller travailler dans d'autres régions.

Les classes toujours dépourvues d'enseignant attitré sont sous la responsabilité d'un suppléant détenant un brevet d'enseignement, mais qui n'a pas de permanence, ou de contractuels.

Par exemple, un jeune professeur peut entamer l'année scolaire en sachant qu'il laissera sa place durant l'hiver parce que l'enseignante permanente reviendra de son congé de maternité.

Le ministre Roberge a admis récemment qu'il faudrait plusieurs années avant de régler le problème de pénurie de professeurs.