Plusieurs nouvelles éclosions de COVID-19 dans les derniers jours

COVID-19-33

Une importante éclosion de COVID-19 frappe à un CHSLD, cette fois dans Lanaudière, depuis le 9 août. L'unité 1B du Centre d’hébergement Parphilia-Ferland de Saint-Charles-Borromée, situé dans le Centre hospitalier de Lanaudière, compte 20 résidents sur 34 et trois employés contaminés, une situation qui préoccupe le premier ministre François Legault.

 

Ce genre d'éclosion n'était pas survenu depuis un bon moment dans les résidences pour aînés de la province. Le CISSS de Lanaudière a indiqué, dans un communiqué, qu'il faisait enquête pour voir « si des bris sont survenus dans la chaîne de protection et de contrôle des infections ». Heureusement, on ne déplore actuellement aucun décès.

Depuis que les premiers cas ont été déclarés, les mesures de prévention ont été rehaussées et tous les résidents positifs ont été transférés dans une zone chaude ouverte à cet effet. Le CISSS a procédé au dépistage de tous les employés et résidents de l'unité 1B, qui a également été désinfectée. Du personnel dédié a également été mis en place pour assurer les services.

Le premier ministre a été interpellé sur la situation lors de son passage en Abitibi-Témiscamingue aujourd'hui, une région relativement épargnée par la pandémie avec 181 cas au total. François Legault a reconnu que le cas de Parphilia-Ferland était préoccupant. Il s'est toutefois voulu rassurant alors que personne ne veut revivre l'hécatombe du printemps dans les résidences pour aînés.

« Il va y en avoir des éclosions. [....] L'important, c'est d'intervenir rapidement pour éviter éventuellement qu'il y ait des conséquences graves. C'est certain qu'on est en train d'examiner comment ça s'est transmis. »

- François Legault, premier ministre

Un Costco de Québec touché

Ce n'est pas la seule éclosion qu'on déclare dans les derniers jours. À Québec, 8 employés du Costco de Lebourgneuf ont été testés positifs à la COVID-19. Tous les personnes concernées ainsi que leurs cas contacts ont été placés en isolement.

Toutefois, comme ils ont tous travaillé savoir qu'ils étaient infectés, la Santé publique de la Capitale-Nationale lance un dépistage massif et préventif auprès des 450 employés. Le magasin a été désinfecté dans son ensemble et la CNESST est avisée.

« Aujourd’hui, l’ensemble du personnel est invité à se faire dépister au cours des prochains jours au centre de dépistage Place Fleur-de-Lys, et ce, même s’ils n’ont pas de symptômes. Une personne peut être porteuse et être contagieuse, même sans symptôme. Il est important d’aller se faire dépister et de penser que cela peut aussi avoir des répercussions de santé importantes sur nos proches. »

- Dr Clément Beaucage, médecin à la Direction régionale de santé publique de la Capitale‐Nationale

Le risque de contagion auprès des clients est faible en raison du port du masque et du lavage de main obligatoire à l'entrée, mais les gens inquiets qui ont fréquenté le magasin depuis le 1er août ou qui ont des symptômes peuvent aussi aller se faire tester.

Party de jeunes à Laval

Du côté de Laval, un party privé impliquant une trentaine de jeunes serait à l'origine d'au moins six infections à la COVID-19. La fête se serait déroulée samedi dernier, dans une résidence du quartier Sainte-Rose, selon la Presse.

Les jeunes se seraient adonnés à des concours de calage d'alcool et partagé des vaporeuses et une shisha. La Santé publique de Laval a ouvert une enquête sur ce rassemblement.

Les Québécois de moins de 30 ans représentent 45% des nouveaux cas confirmés de COVID-19 depuis deux semaines.