Québec dépose sa loi contre les manifs anti-vaccin

Francois Legault

Le gouvernement Legault est passé de la parole aux actes en déposant en chambre son projet de loi pour interdire les manifestations anti-vaccin dans certains lieux publics. La loi 105 sur la santé publique prévoit des amendes de 1 000 à 6 000$ aux contrevenants.

La pénalité sera doublée dans le cas ou un individu intimide ou menace les individus qui se déplacent aux endroits ciblés par le gouvernement. Les manifestations contre les mesures sanitaires seront interdites à moins de 50m des écoles, des garderies en plus des centres de santé, de dépistage et de vaccination de la COVID-19.

Le texte de loi pourrait être approuvé dès aujourd'hui si tous les parlementaires sont d'accord. L'application de la loi pourrait être limitée à 30 jours  

Les trois partis d'opposition ont déjà assuré le gouvernement Legault qu'ils allaient voter pour la nouvelle loi. La députée conservatrice d'Iberville Claire Samson pourrait retarder l'adoption de la loi en s'opposant à certaines mesures à l'Assemblée nationale. 

«Moi je trouve que c'est une méthode un peu bulldozer. Écoutez, c'est un projet de loi qui a l'intention de limiter la liberté d'expression de certains citoyens. Ce n'est pas une petite affaire.» - Claire Samson

Son chef, Éric Duhaime, croit que le projet de loi pourrait diviser la population en s'attaquant directement aux adversaires politiques de François Legault. La CAQ s'est montrée ouverte à sa suggestion de renouveler l'application de la loi tous les 30 jours plutôt qu'à la fin de l'application du décret sur les mesures sanitaires.

Les débats se poursuivront tout l'avant-midi à l'Assemblée nationale.