Revendications syndicales pour la fête du Travail 2022


Plusieurs militants et militantes se sont donné rendez-vous le 5 septembre 2022 au parc La Fontaine à Montréal pour manifester contre le capitalisme. (Noovo Info)

La fête du Travail n’est pas que l’occasion de s’offrir une journée de congé, c’est aussi le moment pour plusieurs organisations syndicales et communautaires de faire le point sur leurs revendications.

Plusieurs militants et militantes se sont donné rendez-vous le 5 septembre 2022 au parc La Fontaine à Montréal pour manifester contre le capitalisme.

Précarité

Les organisations syndicales et communautaires dénoncent notamment la précarité grandissante, autant chez ceux qui ont un emploi que chez ceux qui sont au chômage.

Une mesure adoptée en septembre 2020 pour améliorer l’accès au régime d’assurance emploi prendrait fin à la fin du mois, ce qui est alarmant selon Jérémie Dhavernas du Mouvement Action-Chômage de Montréal.

Voyez le compte-rendu d'Emmanuel Leroux-Nega au bulletin Noovo Le Fil 17

Il souligne que selon Statistique Canada, la moyenne des personnes exclues chaque mois de l'assurance-emploi est passée de 86 000 à 44 000 grâce à ses mesures.

«La pandémie a révélé au grand jour à quel point les travailleuses et les travailleurs sont mal protégés en cas de chômage. Les mesures temporaires ont amélioré la situation, mais aujourd'hui, c'est le retour à la case départ pour ceux et celles qui auront le malheur de se retrouver sans emploi : un aller simple vers la pauvreté».

À lire également : 

Inflation

Les organisations réclament aussi un rattrapage salarial et l'indexation des salaires au coût de la vie. Elles dénoncent par ailleurs l’attitude de certaines entreprises dans le contexte d’inflation dans lequel se retrouve le Québec.

Une centaine de personnes ont participé à la manifestation. | Crédits photo: Noovo Info

«Il semble que certaines entreprises ont gonflé leurs profits sournoisement en jouant avec le flou du contexte inflationniste en espérant que les gens n'y verraient que du feu. C'est honteux ! De plus, on hésite encore à augmenter substantiellement le salaire minimum pour faire plaisir au patronat. Le salaire minimum n'était déjà pas viable, c'est encore plus vrai dans le contexte inflationniste qui semble loin d'être terminé. Il faut que ça bouge ! » s'insurge Vincent Leclair, secrétaire général du CRFTQMM.

À lire également :

Les organisations syndicales et communautaire endossant cette manifestation sont : AGSEM-AÉÉDEM – CSN, Alliance des professeures et professeurs de Montréal, AMUSE McGill, Conseil régional FTQ Montréal métropolitain, Conseil central du Montréal métropolitain-CSN, Comité chômage de l'Est de Montréal, FSSS-CSN, Game Workers United, Hoodstock, Mouvement Action Chômage de Montréal, Mouvement autonome et solidaire des sans-emploi (MASSE), La Riposte syndicale, SCFP2850, SCFP5454, SEMB-SAQ – CSN, SPSS, FIQ Centre-Sud, STTIC-CSN, STT Oasis Animation – CSN, STTP – CUPW, STTP, Section locale de Montréal, STT Resto Végo – CSN, SÉTUE UQAM, TRAC Union, Syndicat des travailleuses et travailleurs de l'Accueil Bonneau – CSN, Syndicat des travailleuses et travailleurs du YMCA du Parc – CSN, et Travailleuses et travailleurs pour la justice climatique.

Une centaine de personnes ont participé à la manifestation. | Crédits photo: Noovo Info