Simons s'excuse pour sa lingerie au nom de pionnières canadiennes

Simons reconnait que sa campagne publicitaire était de mauvais goût.

La Maison Simons s'excuse d'avoir mis en marché une gamme de lingerie en empruntant les noms de pionnières canadiennes, sans leur permission.

Le nom de l’ex-juge en chef du Canada, Beverley McLachlin a ainsi été utilisé pour commercialiser un soutien-gorge, tout comme celui de l'auteure Gabrielle Roy.

Dans un message publié aujourd'hui, Peter Simons reconnait qu'il s'agit d'une initiative de mauvais goût.

Le journal The Gazette rapporte que l'entreprise a reçu de nombreuses plaintes dans les dernières semaines.

Le matériel lié à cette campagne a été retiré et détruit.

Simons fera également un don à la maison des femmes Cornerstone à Ottawa.