Trois régions passent au rouge et se reconfinent en partie 

Le premier ministre Legault confirme que le grand Montréal, la Capitale-Nationale et la région de Chaudière-Appalaches passent au palier rouge. Ce niveau d'alerte maximale vient avec une série de mesures en place du 1er au 28 octobre.

Le premier ministre Legault confirme que les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal, la Capitale-Nationale et la région de Chaudière-Appalaches passent au palier rouge. Ce niveau d'alerte maximale touche 5 millions de Québécois et vient avec une série de mesures en place du 1er au 28 octobre.

À compter de mercredi à minuit, les rassemblements dans les maisons privées seront interdits. Le gouvernement permet de recevoir une personne de l'extérieur à la fois, dans des cas exceptionnels comme un proche aidant, une gardienne d'enfants ou un plombier.

Les personnes qui habitent seules peuvent aussi recevoir une personne d’une autre adresse à la fois.

Gouvernement du Québec

Les bars, casinos, salles de spectacles, cinémas, salles de réception, musées et bibliothèques fermeront leurs portes. Les salles à manger des restaurants seront également fermées, mais la livraison et les mets pour emporter demeureront permis.

Les écoles et commerces, y compris les salons de coiffure et d'esthétique, resteront ouverts. Les centres d'entraînement, centres commerciaux et différentes boutiques demeurent également ouverts. Les sports scolaires et civils peuvent continuer d'être pratiqués.

Les rassemblements à l'extérieur où il est impossible de maintenir la distance de 2 mètres seront interdits. Les manifestations demeurent permises, mais le port du masque sera obligatoire.

Un maximum de 25 personnes sera autorisé dans les lieux de culte, notamment pour la tenue de cérémonies funéraires.

Gouvernement du Québec

Gouvernement du Québec

Les déplacements entre les régions ne sont pas interdits mais fortement déconseillés. François Legault demande aux employeurs de privilégier le télétravail au maximum.

Alors que les cas continuent d'augmenter, le premier ministre affirme que l'objectif de ces mesures est de protéger les écoles, le réseau de la santé et les personnes âgées.

« Les chiffres sont sans appel. On doit prendre nos responsabilités. (...) Ce qu'on voit pour l'instant c'est une augmentation importante des cas. On peut penser que dans les prochaines semaines, ça va vouloir dire des augmentations importantes des hospitalisations et des décès. (...) La situation est critique.»

- François Legault, premier ministre du Québec

François Legault s'est aussi adressé directement aux gens qui bafouent consciemment les règles sanitaires. «Ça n'a pas de bon sens!», s'est exclamé le premier ministre en rappelant aux récalcitrants qu'ils doivent faire des efforts pour protéger les personnes autour d'eux.

Selon lui, il est possible de renverser la tendance des cas à la hausse en 28 jours. Il demande aux Québécois de faire preuve de courage afin que la vie normale reprenne son cours.

Le niveau d'alerte relevé partout dans la province

Les niveaux d'alerte ont aussi été revus pour les autres régions du Québec, à l'exception de l'Outaouais qui demeure au palier orange.

Le Bas-Saint-Laurent, Portneuf, Charlevoix, la Mauricie, le Centre-du-Québec, l'Estrie, la Gaspésie, les Îles-de-la-Madeleine passent au niveau orange. Tout comme les secteurs des Laurentides, Lanaudière et Montérégie qui ne font pas partie de la Communauté métropolitaine de Montréal.

Les citoyens de ces secteurs devront conjuguer avec les restrictions qui correspond à ce nouveau palier.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l'Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec, le Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James passent au jaune.

Gouvernement du Québec

 

Plusieurs réactions à prévoir

Les réactions politiques n'ont pas tardé à la suite de cette annonce. La cheffe libérale Dominique Anglade assure que le gouvernement aura la collaboration de son parti pour mobiliser la population.

La porte-parole de Québec Solidaire, Manon Massé a réagi par voie de communiqué: « Les travailleuses et les artisans de la restauration, des bars et du milieu culturel vont passer une nuit blanche à se demander ce qui les attend demain. Les travailleuses et travailleurs sont les grands absents des annonces de ce soir et nous nous battrons pour qu'ils soient entendus par le gouvernement.» 

Plus tôt lundi, l'industrie de la restauration craignait plusieurs faillites si les salles à manger devaient une fois de plus fermer. La Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes, prévenait aussi qu'une fermeture signifierait la mort de nombreux commerçants.

Le premier ministre François Legault affirme que son gouvernement travaille sur une façon d'indemniser les secteurs économiques les plus touchés par ces nouvelles restrictions.