Une cérémonie pour prêter serment au Québec et rejeter la monarchie britannique


Quelques personnes se sont rassemblées samedi à l’église Saint-Jean-Baptiste de Montréal dans le but de prêter serment à la république du Québec et de rejeter toute allégeance au roi Charles III.  (Collectif Mon serment)

Quelques personnes se sont rassemblées samedi à l’église Saint-Jean-Baptiste de Montréal dans le but de prêter serment à la république du Québec et de rejeter toute allégeance au roi Charles III afin de démontrer leur soutien envers les députés du Parti québécois (PQ), qui n’ont toujours pas eu l’autorisation de siéger à l’Assemblée nationale.  

Le Collectif Mon serment, en collaboration avec la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJB), a fait appel à la population québécoise afin de participer à une cérémonie «d’assermentation libre, citoyenne et républicaine», de 11h à 19h, dans le but d’appuyer les députés ayant refusé de prêter serment à la monarchie britannique.

À lire également:

«Ce n’est pas le roi qui les a élus, mais bien le peuple québécois», a lancé Sébastien Ricard, porte-parole du Collectif Mon Serment lors d’un entretien téléphonique avec le Noovo.Info. «Quelque chose d’important se déroule en ce moment.»

Le comédien et chanteur québécois mentionne que le mouvement a publié plusieurs vidéos de personnes aux différentes opinions politiques «abjurer tout serment envers la monarchie anglophone pour en finir» avec l’obligation de prêter serment au roi et de plutôt «prendre parole en leur nom pour la république du Québec, en toute amitié avec les peuples autochtones». M. Ricard souligne des membres du PQ étaient présents à la cérémonie.

M. Ricard avance d’ailleurs que si des élus se faisaient refuser leur entrée au Salon bleu lors des prochains jours, il s’agirait tout simplement «d’un scandale».

«Ce régime monarchique est un rappel honteux de l’histoire coloniale canadienne, jurer allégeance à ça, c’est un parfait non-sens, a pour sa part déclaré Marie-Anne Alepin, présidente de la SSJB de Montréal, par voie de communiqué. Le Québec n’est pas seul, la volonté d’en finir avec la monarchie est bien présente dans les pays du Commonwealth.»

De son côté, le Collectif Mon serment serait prêt à tenir d’autres évènements afin de faire pression au gouvernement provincial et de lever une bonne fois pour toutes l’obligation de prêter serment à la Couronne britannique.


Crédit photo: Collectif Mon serment

«Nous allons continuer à faire cette cérémonie tant et aussi longtemps que l’allégeance au roi est une obligation, parce que ça nous est insupportable», avance M. Ricard.

Rappelons que la rentrée parlementaire se déroulera le 29 novembre prochain et à moins d’un projet de loi modifiant l’obligation de prêter serment, les députés du PQ ne seraient pas autorisés à siéger à l’Assemblée nationale.

«Les sondages le confirment: 3 Québécois sur 4 souhaitent l’abolition de la monarchie. 72% des Québécois estiment que la monarchie est devenue un symbole négatif et 74% en souhaitent l’abolition. Il est temps de passer de la parole aux actes», conclut le Collectif Mon serment dans son communiqué.