Une élue belge accuse l'ancien président de l'Assemblée nationale d'agression sexuelle

Une élue de la Belgique soutient avoir été agressée sexuellement par l'ancien président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon lors d'une réunion protocolaire en mai 2011.

Une élue de la Belgique affirme avoir été agressée sexuellement par l'ancien président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon lors d'une réunion protocolaire en mai 2011 à Québec. 

Émily Hoyos avait été invitée à titre de présidente du Parlement wallon. Lors de la photo de groupe officielle, Jacques Chagnon lui aurait touché le postérieur. 

Le harcèlement allégué se serait poursuivi au restaurant selon ce que Madame Hoyos a confié au média belge, RTBF. L'article paru hier traite du sexisme en politique. Le nom de Jacques Chagnon n'est pas cité, mais les circonstances sont décrites par Mme Hoyos qui aurait informé un greffier.  À lire ici ! 

«Au moment où on fait la photo officielle, le président me met la main au cul. Le président québécois. Qui ne sait pas qu’en Belgique, on ne met pas la main au cul d’Emily Hoyos parce qu’elle n’aime pas qu’on parle de son cul, ni qu’on le touche… et je ne dis rien, c’est la photo, qu’est-ce que tu veux faire ?» - Émily Hoyos 

Jacques Chagnon se souvient d'avoir rencontré cette femme, mais a déclaré au Journal de Montréal qu'il n'a pas commis de gestes déplacés. M. Chagnon s'est retiré de la vie politique le 15 juin 2018, après 33 années de service à titre de député de Westmount-St-Louis. 

Source : Émily Hoyos est à gauche de Jacques Chagnon sur cette photo captée à l'Assemblée nationale en 2011.